Présidentielle: Wauquiez, Pécresse, Morin et Retailleau réclament une primaire de la droite et du centre

·3 min de lecture
Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse lors d'un déplacement en janvier.  - Thomas Samson/ AFP
Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse lors d'un déplacement en janvier. - Thomas Samson/ AFP

Tout commence par une citation de Victor Hugo porteuse d'espoirs. Dans une tribune publiée ce lundi dans Le Figaro, une semaine après les résultats des élections régionales et départementales, quatre grands élus de droite en appellent à une primaire ouverte de la droite et du centre dans le cadre de la prochaine présidentielle.

"L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme", empruntent ainsi Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne-Rhône Alpes, Valérie Pécresse, présidente ex-LR de la région Île-de-France, Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat et Hervé Morin, président ex-UDI de la région Normandie qui, forts des derniers succès électoraux, appellent au rassemblement idéologique de ce côté-ci de l'échiquier politique.

À noter que Xavier Bertrand, président réélu des Hauts-de-France et déjà candidat à la présidentielle, ne fait pas partie des signataires.

Faire triompher la droite

Dans un premier temps, le document rappelle que les derniers scrutins locaux "ont vu les idées et les figures de la droite et du centre remporter les plus grandes régions du pays."

"Les Français mesurent l'efficacité de nos actions aux manettes de nos territoires, surtout par contraste avec un État impuissant et flageolant. 62% des Français pensent aujourd'hui possible qu'un président issu de la droite emporte la présidentielle de 2022", peut-on lire dans ce texte.

Pour les signataires de la tribune, les derniers résultats issus des urnes sont également la traduction de l'hostilité des Français pour le pourtant si annoncé nouveau duel qui opposerait Emmanuel Macron à Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2022. "Nos compatriotes, de plus en plus nombreux, voient que nos solutions sont les bonnes pour le pays", veulent-ils croire.

"Vote populaire"

Seulement, de leur propre aveu, "il nous manque encore un capitaine pour nous mener à la victoire. L'homme ou la femme providentielle que certains espéraient ne s'est pas imposée."

Pour cela, et afin d'empêcher "la compétition sauvage et les aventures solitaires" qui condamneraient "aux pires divisions au nom même de l'évitement des divisions", les quatre personnalités politiques appellent à une primaire, "un vote populaire, le plus large possible, ouvert à tous les sympathisants de la droite et du centre.

"Le rassemblement ne se décrète pas. Pour en créer les conditions, il nous faut d'abord des idées fortes en commun", martèlent-ils, soulignant que ces points consistent en, entre autres "la remise en ordre et le retour du travail dans notre pays, la suppression des gaspillages de l'argent public, le développement d'une écologie positive et innovante, la lutte implacable contre l'insécurité, la réduction au strict minimum de l'immigration."

Alors, afin d'organiser le plus rapidement ce rendez-vous, tous quatre invitent les responsables de la droite et du centre à se "retrouver autour d'une table en juillet, aussi vite que possible" et appellent les prétendants à "dévoiler leur intention d'ici la rentrée", pour un vote "organisé dès que possible."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles