Avec la présidentielle en vue, Marine Le Pen planifie son départ de la présidence du Rassemblement national

·1 min de lecture

Etre "la candidate de tous les Français". La présidente du Rassemblement national et opposante d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, Marine Le Pen, se livrait dans un entretien à L'Incorrect, mensuel réputé proche de sa nièce Marion Maréchal. Elle y fait part de son intention de quitter la présidence du parti, fondé par son père Jean-Marie sous le nom de "Front national" puis renommé sous sa direction en 2018. Selon l'AFP, Marine Le Pen avait déjà évoqué en février la possibilité d'un départ, pour être la "candidate de tous les Français".

Lire aussi - Présidentielle 2022 : Marine Le Pen et la stratégie du "en même temps"

D'abord obtenir l'investiture pour se légitimer. La nécessité de brasser large semble guider sa décision. Pour accéder à l'Elysée, son objectif non-voilé, elle estime dans les pages de L'Incorrect devoir être la candidate de "tous ceux qui veulent mener le combat national". Pour cela, sa stratégie est déjà rodée : Marine Le Pen compte se présenter à la prochaine investiture lors du 17e congrès du parti, prévu à Perpignan au début du mois de juillet. "C'est un congrès qui va légitimer le candidat à l'élection présidentielle, et il me faut donc d'abord être réélue", explique-t-elle. Elle imagine par la suite prendre ses distances et quitter la présidence pour ne pas être "seulement la candidate du RN". Selon le numéro deux du parti, Jordan Bardella, pressenti pour lui succéder, son départ aura lieu "probablement après l'été".

Le carcan d'un parti polit...


Lire la suite sur LeJDD