Présidentielle: Taubira se lance dans la Primaire populaire... sans Mélenchon, Jadot ni Roussel

·3 min de lecture
L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira visite une ferme le 6 janvier 2022 à Saverdun, en Ariège - Lionel BONAVENTURE © 2019 AFP
L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira visite une ferme le 6 janvier 2022 à Saverdun, en Ariège - Lionel BONAVENTURE © 2019 AFP

876450610001_6290851030001

Candidate "envisagée" à l'élection présidentielle, ainsi qu'elle l'avait déclaré peu avant Noël, Christiane Taubira se soumettra au résultat de la Primaire populaire, a-t-elle annoncé ce dimanche sur un marché de Bondy, en Seine-Saint-Denis.

"J'accepte le risque de la démocratie. J'accepterai le verdict de la Primaire populaire", "dernière chance d'une union possible de la gauche", a déclaré l'ancienne ministre de François Hollande, en déplacement pour soutenir Sylvine Thomassin, candidate de l'union de la gauche lors d'une élection municipale partielle. 876450610001_6290627994001

"Ce n'est pas mon affaire", lance Mélenchon

L'ancienne garde des Sceaux a ensuite lancé un nouvel appel à l'union à l'endroit des autres candidats de gauche et des écologistes à la présidentielle. Un appel qui n'a, une nouvelle fois, pas suscité l'écho espéré puisque les refus et dénégations ont fusé dans la foulée.

"Ce n'est pas mon affaire", a réagi Jean-Luc Mélenchon au Grand Jury de RTL, Le Figaro et LCI.

Concernant les organisateurs de la Primaire populaire, le candidat insoumis a indiqué "respecter ce qu'ils font", tout en maintenant sa position.

"Je comprends qu'il y ait une aspiration à l'union, mais je dis à tous ces gens, 'écoutez-moi bien, ce n'est pas d'union dont nous avons besoin, parce qu'elle empêcherait la mobilisation'", croit-il savoir.

"Quand c'est non, c'est non", cingle Jadot

Son de cloche similaire pour Yannick Jadot, lapidaire sur France Inter: "Quand c'est non, c'est non", a réitéré l'écologiste, "comme je le fais depuis des semaines, depuis des mois", a-t-il précisé.

"Elle risque d'être une candidate de plus", pour Roussel

Sur France 3, le candidat communiste Fabien Roussel n'a pas davantage voulu entendre parler de la primaire populaire, prenant acte de la position de Christiane Taubira.

"Christiane Taubira fait le choix, elle l'annonce, d'être candidate, et risque d'être une candidate de plus. Ce qui compte pour les Français, c'est qu'ils puissent avoir le choix avec des programmes différents, je ne connais pas son programme", a opposé le député du Nord.

Si Anne Hidalgo ne s'est pas exprimée ce dimanche matin, il semble plausible qu'après ses déclarations de samedi, elle ne soit pas davantage encline que Jean-Luc Mélenchon, Fabien Roussel et Yannick Jadot à participer à une primaire avec Christiane Taubira pour seule candidate d'accord pour se soumettre à ce vote.

Alors qu'elle appelait à l'union de la gauche derrière une seule candidature par le biais d'une primaire depuis plusieurs semaines, la maire de Paris a noté samedi depuis Jarnac (Charente), à l'occasion du 26e anniversaire de la mort de François Mitterrand, que "cette proposition, pour l'instant, n'a(vait) pas fait l'objet d'un accord".

L'union de la gauche plus loin que jamais

"Tenter le rassemblement dans un contexte aussi complexe, divisé, dans lequel notre pays subit de plein fouet cette dépolitisation néfaste pour la démocratie, j'ai tenté qu'il puisse se faire à travers un processus clair, transparent devant nos concitoyens", a-t-elle rappelé.

La candidate socialiste comptait particulièrement, pour prendre part à une primaire, sur la participation de Yannick Jadot. En son absence, elle devrait donc maintenir sa candidature, sans qu'il ne soit plus question d'union.

En décembre, Christiane Taubira avait prévenu qu'elle ne serait pas "une candidate de plus" et qu'elle mettrait "toutes (ses) forces dans l'union" de la gauche. Il y a quelques jours, en Ariège, l'ancienne députée de Guyane avait indiqué qu'elle dévoilerait ses intentions quant à la présidentielle "le 15 janvier au plus tard". On en sait désormais davantage. La Primaire populaire, elle, se tiendra du 27 au 30 janvier.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles