Présidentielle : des plus sereins aux plus inquiets, où en sont les candidats dans leur quête des parrainages?

·1 min de lecture

A trois mois du premier tour de l'élection présidentielle , les candidats s'activent autour de la récolte des 500 signatures nécessaires pour se présenter. Le 30 janvier au plus tard, soit dix semaines avant le premier tour, un décret sera publié pour convoquer les électeurs et la remontée des parrainages commencera officiellement. Dans les faits, les candidats ont déjà récolté des promesses de la part des différents élus. Alors, au 10 janvier, où en sommes-nous? Depuis quelques jours, certains affirment avoir déjà réuni leurs soutiens tandis que d'autres critiquent ce système.

Ceux qui sont sereins

Pour Anne Hidalgo , la barre est d'ores et déjà franchie. La candidate du Parti socialiste affirmait dimanche sur Europe 1 avoir recueilli ses 500 signatures. Et la maire de Paris n'a pas vraiment soutenu ses concurrents qui ont plus de mal à convaincre les élus. "La démocratie est définie par la loi. Si la loi dit que les parrainages doivent être de 500 pour chacun des candidats sur la ligne de départ, c'est la loi qui doit s'imposer", a-t-elle assuré. Avant de poursuivre : "Tant pis pour eux, ça veut dire qu'ils n'ont pas convaincu 500 maires."

Lire aussi - Parrainages, campagne officielle, passation de pouvoir… Voici les dates à connaître avant la présidentielle

Autre candidate dans les starting-blocks : Valérie Pécresse. La championne des Républicains aurait également atteint le seuil demandé. Ce qui ne l'empêche pas d'être critique envers le système des parrainages. Interro...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles