Présidentielle russe : l'affaire de l'ex-espion empoisonné "aurait tendance à renforcer Vladimir Poutine aux yeux des Russes"

franceinfo
Anna Colin-Lebedev, maître de conférence à l'Université Paris-Nanterre, affirme vendredi sur franceinfo que ce qui va plutôt compter pour l'élection présidentielle en Russie, "est le degré de contraintes sur l'acte de voter".

Quelle conséquence l'affaire de la tentative d'assassinat à Londres d'un ex espion russe aura sur la présidentielle en Russie dimanche 18 mars ? Pour tenter d'apporter quelques éléments de réponse, Anna Colin-Lebedev, maître de conférence à l'Université Paris-Nanterre était l'invitée vendredi de franceinfo.

franceinfo : Cette affaire d'ex espion russe empoisonné en Grande-Bretagne renforce-t-elle Vladimir Poutine aux yeux des Russes ?

Anna Colin-Lebedev : Je dirais que cette affaire aurait plutôt tendance à le renforcer dans la mesure où elle va complètement dans le sens de la rhétorique de Vladimir Poutine depuis quelques années : "La Russie est une forteresse assiégée, notre ennemi c'est l'Occident qui cherche à nous détruire par tous les moyens et surtout par des moyens malhonnêtes". Si cette affaire a un effet sur les élections présidentielles, c'est de venir illustrer parfaitement les arguments de Vladimir Poutine aux yeux de la population russe. Cependant cette histoire britannique va jouer à la marge. Les Russes ne se mobiliseront pas plus à cause de cela. Ils ne vont pas se démobiliser non plus à cause de cette affaire. Vladimir Poutine a surtout peur d'avoir une abstention élevée et qu'il soit reconduit avec un score modeste. Tout ce qui peut aller dans le sens de l'augmentation du taux de participation est bon à prendre.

Qu'est ce qui va compter pour les électeurs russes lors de cette élection présidentielle ?

Pour les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages