Présidentielle : retour sur Terre pour Emmanuel Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Présidentielle : retour sur Terre pour Emmanuel Macron
COURRIER INTERNATIONAL
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une chance pour l’Union européenne. Et une inquiétude pour la France, plus divisée que jamais. Depuis dimanche 24 avril, les analyses de la presse étrangère convergent après la réélection d’Emmanuel Macron. “Il faudrait être sacrément cynique pour ne pas être soulagé”, reconnaît Nadia Pantel dans la Süddeutsche Zeitung. “Son échec aurait été une catastrophe pour la France et pour l’Europe”, écrit la correspondante à Paris du quotidien allemand.

Sur fond de guerre en Ukraine, le résultat de la présidentielle française était particulièrement attendu à l’étranger. “Les urnes ont accordé cinq années de répit relatif à la liberté et à la démocratie européennes, alors qu’une victoire de Marine Le Pen aurait créé une onde de choc, avec des conséquences bien plus lourdes que le Brexit”, écrit le quotidien espagnol El Mundo.

Derrière ce satisfecit général, la presse étrangère ne cache pas son scepticisme quant à l’état de la France et des Français, et à la marge de manœuvre du président réélu pour les cinq ans à venir. Comment gouverner ? Emmanuel Macron, président honni comme rarement, peut -il continuer comme avant ? Se réinventer ? Le premier tour de l’élection a montré une France profondément divisée, et c’est à ces divisions qu’il devra s’attaquer. “Macron s’impose dans une France fracturée”, avance El Periódico de España. Dans Le Temps, Richard Werly, évoque, lui, “une performance politique [du président sortant] dans un pays fracturé par les colères et secoué comme beaucoup de démocraties occidentales par un fort vent de dégagisme”. Mais tout est à reconstruire.

“Comment faire pour que la France, un pays fondateur de l’UE et l’un de ses piliers, cesse de jouer tous les cinq ans l’avenir de l’Europe à la roulette russe ?” s’interroge Politico. En redonnant de la substance à la vie démocratique, plaide le site à Bruxelles.

« Une Assemblée aussi peu représentative nourrit de fait l’opposition extraparlementaire et des mouvements de contestation réguliers dans la rue. À l’inverse, elle décourage la recherche de consensus entre formations démocratiques et la négociation entre partenaires sociaux.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles