Présidentielle : quelles propositions pour les services publics ?

France 3

Dans 38 jours, l'un des candidats franchira les portes de l'Élysée en président. Mais sur les services publics, quelle sera sa première mesure ? Il y a ceux qui empêcheront leur fermeture, ceux qui investiront et ceux qui, au contraire, réduiront leurs coûts. François Fillon, par exemple, veut plus de contractuels pour faire fonctionner les services publics, et moins de fonctionnaires :

500 000 postes seront supprimés à l'issue de son mandat. Emmanuel Macron annonce lui 120 000 postes en moins dans la fonction publique et sa première mesure pour y parvenir sera d'enclencher la transition numérique de nos administrations, un vaste plan de modernisation à 5 milliards d'euros.

Convergence Le Pen-Poutou

Benoît Hamon souhaite investir dans les services publics, mais pour recruter dans quatre secteurs prioritaires : l'éducation, la santé, la petite enfance et l'aide aux personnes âges. Quant à Marine Le Pen et Philippe Poutou, ils se rejoignent pour interdire toute fermeture supplémentaire d'hôpitaux, de bureaux de poste ou de sous-préfecture. Jean-Luc Mélenchon est sur la même ligne : pour sauver les services publics, il annoncera sa désobéissance immédiate à tous les projets de dérégulation et de privatisation qui viennent de l'Europe, en particulier dans les transports et l'énergie.

Retrouvez cet article sur Francetv info

VIDEO. "Trahisons", "couteaux dans le dos"... L'impossible campagne de Benoît Hamon
Election présidentielle : "L'abstention peut faire gagner Marine Le Pen"
Présidentielle : six Français sur dix estiment que Manuel Valls a tort de soutenir Emmanuel Macron
Jeunesse au GUD, accusations d'antisémitisme, combines financières : Frédéric Chatillon, un fidèle toujours dans l'ombre de Marine Le Pen
Le débrief politique. Macron et ses "voix en plus"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages