Présidentielle : "Les pronostics sont souvent déjoués par les Français", juge Gaspard Gantzer

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Les pronostics sont souvent déjoués par les Français", estime Gaspard Gantzer. Invité d'Europe 1, vendredi matin, l'ancien conseiller de François Hollande, aujourd'hui proche de la République en Marche (LREM), a signé mardi une tribune publiée dans Le Monde, dans laquelle il rappelle que "lors d'une campagne présidentielle, rien ne se passe jamais comme prévu".

En effet, explique-t-il à Europe 1, " Si on se réfère aux précédents historiques des élections présidentielles des dernières années de la Ve République, on est obligés de se dire que les pronostics sont souvent déjoués par les Français".

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"Un paysage politique éclaté, presque liquide"

"C'est Alain Juppé qui devait devenir président de la République et on l'imaginait assez bien se retrouver au second tour face à François Hollande ou face à Marine Le Pen. Finalement, c'est Emmanuel Macron qui a été candidat et on sait le scénario rocambolesque", rappelle Gaspard Gantzer, en évoquant la présidentielle de 2017. "Les fois précédentes, il y en a eu d'autres : Dominique Strauss-Kahn était favori, à un moment donné. Lionel Jospin aussi était favori, et aucun n'a gagné", poursuit Gaspard Gantzer.

Alors que les pronostics pour 2022 semblent annoncer un duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, et une victoire du président sortant, Gaspard Gantzer met en garde : "Je pense que les Français, qui ont pris l'habitude aujourd'hui de faire des héros aussi vite qu'ils ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles