Présidentielle: la Primaire populaire revendique 467.000 inscrits

·2 min de lecture
Des militants cherchent à convaincre des passants de s'inscrire à la Primaire populaire le 15 janvier 2021, place de la République à Lille - FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Des militants cherchent à convaincre des passants de s'inscrire à la Primaire populaire le 15 janvier 2021, place de la République à Lille - FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Désormais closes depuis ce dimanche minuit, la Primaire populaire compte 467.000 inscriptions. Cette votation citoyenne qui veut aboutir à une candidature unique à gauche alors que 7 candidats sont sur la ligne de départ pour le premier tour est cependant loin de faire l'unanimité.

Les électeurs sont désormais appelés à se prononcer sur le site des organisateurs du 27 au 30 janvier et devront départager Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Christiane Taubira, le député européen Pierre Larrouturou, et deux candidatures citoyennes, celle de Charlotte Marchandise et d'Anna Agueb-Porterie.

Loin devant la primaire écologiste

"Notre objectif initial était d'être plus nombreux que la primaire des Républicains (140.000). On est surpris de ce chiffre. Ça montre un engouement des électeurs de gauche et de l'écologie", a souligné auprès de l'AFP l'une des organisatrices de la primaire, Mathilde Imer.

Le nombre d'inscrits est beaucoup plus important que celui des 20.000 militants socialistes qui ont adoubé Anne Hidalgo ou encore que les 122.000 sympathisants écologistes qui ont désigné Yannick Jadot. Il reste toutefois très inférieur à celui de la primaire socialiste qui avait vu participer plus d'1,6 million de Français en janvier 2017.

Taubira dit oui, Jadot, Hidalgo et Mélenchon se fâchent

Mais ce mécanisme de compétition est loin de faire l'unanimité à gauche. Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot ont chacun demandé que leurs noms soient retirés de la liste des candidats, après la diffusion d'une vidéo publiée en novembre 2021, dans laquelle l'un des responsables de la primaire, Samuel Grzybowski, revendique de faire pression sur eux, en bloquant leur parrainage ou en faisant "baisser leur cote de popularité" sur les réseaux sociaux.

Les trois candidats ont déjà annoncé qu'ils ne tiendrait pas du compte du résultat. Seule Christiane Taubira y voit "un message historique". Sans appareil militant et sans soutien financier, la victoire à la Primaire populaire serait un tremplin pour l'ancienne garde des Sceaux.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles