Présidentielle : pourquoi réformer les institutions est nécessaire pour légitimer le résultat du scrutin

·1 min de lecture
© Reuters

Il est tard, bien tard pour réparer ce qui, selon nous, restera l'erreur fondamentale du quinquennat d'Emmanuel Macron : n'avoir pas entrepris dès son élection une réforme des institutions afin de les mettre au diapason d'une France qui doute d'elle-même et de ses élus. Il avait certes réussi un fameux "coup du roi" en faisant, d'un seul et premier tir, tomber dans ses bras la magistrature présidentielle . Son irruption surprise a fait voler en éclat le vieux système des partis dominants : exclus du jeu de l'alternance qui les rendait épisodiquement maîtres du jeu, privés du commode saute-mouton sur le dos de l'extrême droite, brouillés dans leurs repères par un Président qui s'affirmait et de droite et de gauche, subissant mécaniquement un lourd revers lors des législatives, ceux-ci n'étaient pas seulement défaits, ils risquaient l'effondrement.

La vague de "dégagisme" qu'avait habilement épousée le vainqueur les rendait gravement vulnérables. Restait au nouveau Président à profiter de cet affaiblissement pour réaliser son programme de campagne : élu sur une promesse de disruption, il lui fallait au moins mettre en route les moyens de la provoquer et tracer la voie d'une reconstruction de la légitimité des gouvernants. "Tout l'art de la politique, disait Louis XIV, est de se servir des conjonctures."

Lire aussi - Présidentielle : Macron pourrait se déclarer fin janvier ou mi-février, selon l'évolution de l'épidémie

Mais la vague intention fut vite oubliée. Dès septembre 20...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles