Présidentielle : pourquoi Jean-Luc Mélenchon joue-t-il cavalier seul à gauche ?

·1 min de lecture

La gauche réussira-t-elle à s'unir ? Dans une tribune, publiée dans Le Journal du dimanche, plus de 1.500 élus appellent à l'union de la gauche. Une tribune notamment signée par les soutiens de la candidate du Parti socialiste, Anne Hidalgo, comme Martine Aubry. Dans cette potentielle union, une figure centrale : Jean-Luc Mélenchon, bien déterminé à faire cavalier seul jusqu'au bout de la campagne présidentielle.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"Nous serons au second tour"

Le leader de La France Insoumise est le plus hostile aux discussions pour une candidature commune. Sur ce sujet, on peut dire que Jean-Luc Mélenchon a totalement changé de vision par rapport à celle de 2017. Il est aujourd’hui convaincu que les jeux d’alliance ne rapportent pas de voix et souhaite plutôt une union par la base militante et associative. C'est d'ailleurs ce qu’il a concrétisé en formant le parlement de l’union populaire, composé de citoyens, d'artistes ou de militants.

>> LIRE AUSSIPrésidentielle : aux Antilles, Jean-Luc Mélenchon prend le large sur la gauche

Selon Jean-Luc Mélenchon la division politique n’est pas un problème puisqu'il soutient que la gauche a toujours gagné en étant divisée. En 2012, il était lui-même candidat contre François Hollande. 

Alors qu'il oscille entre 10 et 13% d'intentions de vote dans les sondages, il est certain d'une chose : "C’est un trou de souris, mais nous serons au second tour." Son analyse est simple, il estime ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles