Présidentielle: Le Pen dénonce des propos diffamatoires de Macron sur ses liens avec la Russie

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national à l'élection présidentielle, en meeting à Arras le 21 avril 2022, à trois jours du second tour - Thomas SAMSON © 2019 AFP
Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national à l'élection présidentielle, en meeting à Arras le 21 avril 2022, à trois jours du second tour - Thomas SAMSON © 2019 AFP

"Vous parlez à votre banquier quand vous parlez de la Russie." Cette phrase lancée par Emmanuel Macron à Marine Le Pen mercredi soir lors du débat de l'entre-deux-tours, n'a toujours pas été digérée par la candidate du Rassemblement National (RN).

Depuis Arras dans le Pas-de-Calais, lieu de son dernier meeting jeudi, Marine Le Pen a fustigé les propos du président-candidat:

"C'est un mensonge et une diffamation. C'est grave de dire ça quand on est président de la République. Tout cela est diffamatoire, et a vocation à me salir", a-t-elle affirmé au micro d'Europe 1 et de CNews.

Lors du débat de mercredi soir, celle qui brigue pour la troisième fois l'Élysée n'était pas allée aussi loin dans ses propos. Elle avait reproché à son adversaire de l'avoir empêchée, alors qu'il était ministre de l'Economie, de contracter un prêt auprès d'une banque française: "C'est malhonnête de m'empêcher d'obtenir un prêt dans une banque française et de me reprocher après de partir à l'étranger pour en chercher un."

Ce que le candidat de la République en marche (LaREM) avait démenti dans la foulée.

876450610001_6304642192001

Dans l'intérêt des Français

Sur ses liens troubles avec la Russie, Marine Le Pen conserve ce vendredi sa ligne de défense. Chez nos confrères, elle assure que ses relations avec Vladimir Poutine étaient dans l'intérêt des Français. Allant même jusqu'à dire que ses positions sont en réalité les mêmes qu'Emmanuel Macron, faisant notamment référence au fait que l'actuel chef de l'État avait invité son homologue russe, notamment au Fort de Brégançon.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles