Présidentielle: le pape François s'inquiète d'une possible élection de Marine Le Pen, qui lui répond

Benjamin Duhamel et Jeanne Bulant
·2 min de lecture
Marine Le Pen et le Pape François (Photo d'illustration). - BFMTV
Marine Le Pen et le Pape François (Photo d'illustration). - BFMTV

C'est un accrochage des plus inattendus. Marine Le Pen s'est agacée, ce lundi, d'une petite phrase prononcée par le souverain pontife à l'égard de son parti. Le pape François, qui recevait ce jour Cyril Dion et d'autres associatifs environnementaux français, s'est inquiété auprès d'eux de la situation politique en France et notamment de la montée de l'extrême droite dans le pays.

"Je ne veux pas être désagréable ou dire à votre pays ce qu’il doit faire. Mais c’est inquiétant. Je suis inquiet de la montée des populismes. Mais l’antidote, c’est un mouvement populaire. Et écouter ce mouvement. Il faut opposer au populisme le 'popularisme'. Un bon gouvernement doit faire confiance aux citoyens, il doit les écouter", a déclaré le pape François au groupe de Français, selon nos informations, confirmant celles de L'Obs.

Selon nos informations, le souverain pontife faisait alors effectivement référence à la situation en France. Mais d'après nos confrères, ses propos faisaient directement allusion au risque de voir Marine Le Pen remporter la présidentielle.

"Que le pape s'occupe de ce qui se passe dans les églises"

Des propos rapportés qui n'ont pas plu à la dirigeante du parti d'extrême droite. "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu....", a tweeté Marine Le Pen dans le courant de l'après-midi ce lundi, encourageant le pape à ne pas se mêler de politique.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Je suis convaincue que de nombreux croyants seraient ravis que le pape s'occupe de ce qui se passe dans les églises plutôt que dans les urnes", a abondé la présidente du RN dans son message publié sur le réseau social. "Que chacun fasse ce pour quoi il est destiné".

Marine Le Pen, candidate à la présidentielle de 2022, souhaite "rassurer" les Français sur sa capacité à exercer le pouvoir, en s'efforçant de normaliser toujours plus son discours, dont elle assume aussi les imprécisions. Lors de l'émission Face à BFM ce jeudi sur BFMTV, la présidente du RN a adopté un ton mesuré, loin des outrances de 2017, pour défendre un projet destiné à "rassurer" les Français qui ont "entendu beaucoup de (...) choses fausses" et "caricaturales" à son égard.

Article original publié sur BFMTV.com