Présidentielle: "Une nécessité de faire barrage", Ourahmoune explique pourquoi elle a signé la tribune contre Le Pen

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Sarah Ourahmoune en 2019 - Icon Sport
Sarah Ourahmoune en 2019 - Icon Sport

Il est rare en France que la politique et le sport soient autant mêlés. Mais le 24 avril, les Français seront appelés à voter entre Emmanuel Macron (LREM) et Marine Le Pen (RN), à l’occasion du second tour de l’élection présidentielle. Devant le risque de voir l’extrême-droite au pouvoir, une cinquantaine de sportifs dont Sarah Ourahmoune ont appelé ces derniers jours à voter pour le candidat de la République en Marche via une tribune publiée par Le Parisien et France Info.

Dans la Matinale Week-end de RMC ce samedi, l’ancienne boxeuse révèle pourquoi cela lui tient tant à cœur de faire en sorte que Marine Le Pen ne devienne pas la future présidente de la France: "J’ai voulu la signer pour le sport, et les familles que je côtoie au quotidien dans mes salles de sport. Pour les ces familles en difficulté qui ont peur de voir Marine Le Pen au pouvoir, dit-elle. Je défends des valeurs d’égalité, d’inclusion, de fraternité."

"Il y a cette nécessité de faire barrage, parce qu’on a peur"

De plus, il est hors de question pour la vice-présidente de la Fédération française de boxe, de voir Marine Le Pen participer à l’inauguration des Jeux olympiques prévus pour 2024 à Paris: "Le fait d’imaginer Marine Le Pen ouvrir cette cérémonie est assez effrayant, poursuit-elle. Je mesure bien la gravité du moment, c’est aussi pour ça que j’ai accepté de signer cette tribune pour faire barrage à l’extrême-droite."

Malgré cette prise de position, Ourahmoune regrette que les candidats dont Emmanuel Macron ne prennent pas suffisamment en compte le sport dans leurs programmes: "Il y a aussi cette déception de se dire qu’on espérait que le sport soit valorisé et présent dans les programmes des candidats, ça l’a très peu été. Mais aujourd’hui il y a cette nécessité de faire barrage, parce qu’on a peur..."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles