Présidentielle: la mise en scène de Jean Lassalle provoque l'annulation des voix dans sa commune

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'ancien candidat à la présidence du parti ruraliste français Résistons ! Jean Lassalle dans un bureau de vote de Lourdios-Icheres, dans le sud-ouest de la France, le 24 avril 2022.  - GAIZKA IROZ / AFP
L'ancien candidat à la présidence du parti ruraliste français Résistons ! Jean Lassalle dans un bureau de vote de Lourdios-Icheres, dans le sud-ouest de la France, le 24 avril 2022. - GAIZKA IROZ / AFP

Un geste aux conséquences importantes. Le Conseil constitutionnel a annoncé ce mercredi que les 90 suffrages exprimés au second tour de l'élection présidentielle dans la commune de Lourdios-Ichère, où réside Jean Lassalle, ont été annulés. La faute à une vidéo publiée par le candidat sur les réseaux sociaux.

Dimanche dernier, le candidat malheureux à la présidentielle s'était rendu dans son bureau de vote, puis dans l'isoloir et enfin devant l'urne, où il s'est finalement ravisé avant de glisser son bulletin.

"Pour la première fois de ma vie d’homme (...) je vais procéder à l’un des actes les plus importants de ma vie: je refuse de participer à ce vote. C’est-à-dire: je m’abstiens", a-t-il alors déclaré, avant de rendre l'enveloppe au responsable du bureau.

Des poursuites pénales à venir?

Après cela, le Conseil constitutionnel avait été saisi, et l'avis a finalement été rendu. Pour l'institution, Jean Lassalle a enfreint la règle "prohibant la diffusion de messages à caractère de propagande électorale la veille et le jour du scrutin". Cela a "porté atteinte au respect dû à la dignité des opérations électorales", explique le communiqué.

"Ces agissements ont, eu égard à la notoriété de M. Lassalle dans la commune de Lourdios-Ichère et à sa qualité de député et d'ancien maire, été de nature à altérer la sincérité du scrutin dans cette commune", estiment les Sages.

Le Conseil constitutionnel ajoute que l'annulation des voix n'est pas le seul recours possible contre le député. En effet, des "poursuites pénales" sont susceptibles d'être engagées contre l'ancien candidat à l'élection présidentielle. Le non-respect de la règle électorale peut entraîner une amende de 15.000 euros et un an d'emprisonnement.

876450610001_6303207368001

Jean Lassalle n'a pas encore réagi à la décision l'incriminant. Difficile de savoir à ce stade si cela pourrait jouer un rôle dans son futur politique, lui qui compte se présenter à sa succession pour les prochaines élections législatives.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles