Présidentielle: des militants identitaires tentent de perturber la primaire EELV

·2 min de lecture
Quatre candidats aux primaires du partie écologique EELV: Yannick Jadot, Sandrine Rousseau, Delphine Batho et Eric Piolle, le 12 juillet 2021 à Paris - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP
Quatre candidats aux primaires du partie écologique EELV: Yannick Jadot, Sandrine Rousseau, Delphine Batho et Eric Piolle, le 12 juillet 2021 à Paris - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP

Le soutien a de quoi surprendre. Plusieurs dizaines de compte Twitter proches du Rassemblement national ont déclaré hier vouloir participer à la primaire ouverte d'Europe-Écologie-Les Verts. Avec un objectif, celui de soutenir l'une des candidates, Sandrine Rousseau.

C'est Damien Rieu, co-fondateur de Génération identitaire et candidat RN aux dernières départementales, qui lance l'initiative.

"Khmer vert"

Joint par BFMTV.com, ce proche de Marion Maréchal, très suivi sur Twitter, s'explique:

"Sandrine Rousseau est la seule candidate écologiste qui ne se déguise pas. Contrairement aux autres candidats, elle ne porte pas de cravate pour cacher son côté 'khmer vert'. Elle va jusqu'au bout de son idéologie écologiste et si elle gagne, on verra le vrai visage d'EELV."

L'initiative fait florès et d'autres comptes annoncent également dans la journée s'inscrire à la primaire pour soutenir la militante.

Sandrine Rousseau, de son côté, ne semble pas mécontente. "Tant mieux que nous concentrions les attaques. Cela veut dire que nous sommes identifiés comme la force motrice et centrale de la gauche", estime ainsi la candidate.

Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe du parti, juge, pour sa part, que "les écolos sont dans une séquence où nos élus et principalement nos maires sont fortement attaqués". Une preuve que EELV commence à effrayer le monde politique", avance-t-elle.

Polémiques autour du Tour de France et des menus sans viande, arrêt des subventions aux aéroclubs à Poitiers... Les édiles écologistes ont en effet essuyé plusieurs tempêtes médiatiques ces derniers mois.

"Un grand classique"

La porte-parole du mouvement, Eva Sas, préfère, elle, plaider "les risques d'une primaire ouverte" en rappelant que les attaques de militants sont "même un grand classique".

Certains sympathisants UMP avaient en effet été tenté de se déplacer en masse pour la primaire ouverte socialiste en 2011, sans finalement influencer le résultat. Le parti a décidé de rayer de ses listes électorales Damien Rieu pour l'empêcher de pouvoir voter.

"Si je ne peux pas m'exprimer, ce sera une vraie discrimation. Je n'ai pas menti sur mon identité lorsque je me suis inscrit. M'empêcher de voter montrerait le vrai visage anti-démocratique des écologistes", estime de son côté Damien Rieu.

Selon les informations de BFMTV, certains caciques du parti s'inquiètent en off du risque que pourrait faire peser un "trollage" massif de l'extrême-droite sur la crédibilité du scrutin.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles