Présidentielle: Marine Le Pen a obtenu un prêt bancaire de 10,6 millions d'euros pour sa campagne

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La présidente du Rassemblement national (RN) et candidate à la présidentielle, Marine Le Pen, le 18 janvier 2022 à Paris - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP
La présidente du Rassemblement national (RN) et candidate à la présidentielle, Marine Le Pen, le 18 janvier 2022 à Paris - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

876450610001_6294193081001

La recherche est finie. Alors qu'elle ne cachait pas être en difficulté pour souscrire un prêt auprès d'une banque pour financer sa campagne électorale, Marine Le Pen a fini par trouver. Selon nos informations, la candidate du Rassemblement national a obtenu 10,6 millions d'euros auprès d'une banque européenne, dont la nationalité n'est pas encore connue.

La nouvelle devrait être annoncée aux cadres du parti ce jeudi par Jordan Bardella, le président par intérim de la formation politique. À noter que le prêt couvre le total du plafond de dépense remboursable par l'État. En effet, comme le rappel Public Sénat, la limite pour les candidats présents au premier tour est de 16,851 millions d'euros, et à 22,509 millions d'euros pour ceux qui accèdent au second tour.

Une banque de démocratie abandonnée

Cette question du financement de la campagne a toujours été un problème pour Marine Le Pen. En 2017, c'est un prêt en provenance de Russie qui avait permis d'obtenir 9 millions d'euros pour la campagne. Jusque-là, les difficultés étaient toujours présentes pour la présidentielle de 2022.

En septembre dernier, Marine Le Pen avait en effet envoyé une lettre à Emmanuel Macron pour demander de modifier les possibilités de financement. Elle regrettait notamment qu'il soit impossible de faire appel aux prêts de citoyens. Les candidats n'ont pas non plus le droit d'emprunter à des entreprises privées ou à des banques non européennes depuis 2017.

François Bayrou, en 2017, avait proposé la création d'une banque de démocratie, pour contourner les refus des banques privées qui visaient certains candidats. L'idée n'a cependant jamais vu le jour officiellement.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles