Présidentielle : Marine Le Pen change de ton sur le port du voile

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La candidate du Rassemblement national s'est dite "pas obtuse" à propos du port du voile lors d'un échange avec une grand-mère au cours d'un déplacement à Saint-Rémy-sur-Avre, ce samedi, en Eure-et-Loir.

Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national (RN) qualifiée au second tour de l'élection présidentielle, a poursuivi sa campagne ce samedi matin à Saint-Rémy-sur-Avre dans l'Eure-et-Loir. L'occasion pour elle de revenir sur sa proposition d'interdire le voile.

"Je sais quels sont les problèmes liés au voile. Il y a des femmes âgées qui le mettent parce que ça correspond, pour elles, à un moment de leur vie [...] Ça n'a pas la même signification qu'à des jeunes femmes à qui on force de le mettre", a déclaré ce samedi la candidate.

"Je ne suis pas obtuse"

Sur notre antenne vendredi matin, celle qui brigue pour la troisième fois la magistrature suprême a estimé que "l'interdiction du voile était essentielle". Quelques heures plus tard, la candidate d'extrême droite a été interpellée par une femme voilée sur le marché de Pertuis dans le Vaucluse. "C'est un signe de grand-mère, porter un voile c'est une tenue moderne", lui avait déclaré son interlocutrice en précisant qu'elle était personnellement opposée au port du voile chez les jeunes filles.

Au lendemain de court échange, Marine Le Pen semble en tout cas moins définitive sur sa proposition tant commentée. "Je ne suis pas obtuse", explique-t-elle ce samedi devant notre caméra. "Il y aura une loi, elle sera soumise au Parlement, il y aura une discussion." Elle ajoute également "qu'avec le référendum d'initiative citoyenne, les citoyens pourraient abroger cette loi, s'ils ne sont pas satisfaits".

"Empêtrée dans cette question du voile"

Une vraie évolution du programme de la candidate du RN selon Camille Langlade, éditorialiste politique sur BFMTV. "C'est un clairement un changement de pied parce que Marine Le Pen est empêtrée dans cette question du voile. C'est Emmanuel Macron qui a pointé cet aspect du programme de son adversaire." Avec ce changement de ton, la cheffe de file du Rassemblement national a pour objectif de renforcer son image de présidentiable.

"Cette question clive et rediabolise Marine Le Pen qui jusqu'ici avait tenté d'adoucir son image", analyse encore Camille Langlade. La candidature d'Éric Zemmour au premier tour a permis de faire "paratonnerre" sur les thèmes de l'islam et de l'immigration, selon l'éditorialiste politique.

"Une erreur" pour Robert Ménard

La proposition d'interdire le voile a d'ailleurs fait polémique dans le camp de l'extrême droite. Robert Ménard, maire de Béziers et soutien de longue date de Marine Le Pen a estimé sur BFMTV que cette proposition est "une erreur. Je pense que ce n'est pas possible." Le maire de Béziers a par ailleurs annoncé vendredi se mettre en retrait de la campagne en raison de "désaccords".

Le port du voile est une question qui a fait irruption dans cet entre-deux-tours. C'est d'ailleurs Emmanuel Macron qui a lancé le sujet à Strasbourg mardi. Une façon pour le candidat La République en Marche de se démarquer de la candidate d'extrême droite. Il se pose en défenseur des libertés religieuses, pour renforcer l'idée du barrage républicain pour le second tour de l'élection, dimanche 24 avril.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Marine Le Pen présidente ? Pour la première fois aujourd’hui, on peut dire oui c’est possible"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles