Présidentielle : Made in France, the place to be

·1 min de lecture

Huit candidats à l’élection présidentielle ont sillonné, en fin de semaine dernière, les allées du Salon du «fabriqué français». Preuve que les thèmes de la souveraineté et de la réindustrialisation seront au cœur du débat.

Après deux heures de déambulation, Marine Le Pen se pose à la buvette. À quelques pas, Valérie Pécresse et Natacha Polony discutent relocalisation, et Arnaud Montebourg martèle à la télé que «la carte bleue est le bulletin de vote de tous les jours». François Asselineau est aussi là, incognito. Ces candidats à la présidentielle ne se sont pas croisés (ou presque, Le Pen et Pécresse se sont froidement saluées en marge d'une conférence) mais ils étaient tous présents, porte de Versailles, au Salon du made in France.

À moins de six mois de la présidentielle, ce rendez-vous est devenu un incontournable pour les postulants, à l’égal presque du sacro-saint Salon de l’agriculture. Souveraineté et réindustrialisation s’installent dans la campagne après que la crise sanitaire a révélé des lacunes françaises. Ce vendredi 12 novembre, Nicolas Dupont-Aignan, un habitué, et Jean-Luc Mélenchon, un occasionnel, ont aussi arpenté les allées. Yannick Jadot est venu le lendemain et Éric Zemmour a choisi le dimanche pour enfiler une marinière devant un essaim de caméras. Florian Philippot, lui, a boycotté cet événement, qui requiert un passe sanitaire.

Eric Zemmour au salon MIF le dimanche 14 novembre, Yannick Jadot la veille.
Eric Zemmour au salon MIF le dimanche 14 novembre, Yannick Jadot la veille.

Eric Zemmour au salon MIF le dimanche 14 novembre, Yannick Jadot la veille. ©(...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles