Présidentielle: Macron maintient son avance malgré la polémique, Le Pen et Pécresse au coude-à-coude

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Valérie Pécresse
    Femme politique française
  • Marine Le Pen
    Marine Le Pen
    Femme politique française
Emmanuel Macron lors du 8e sommet des pays méditerranéens MED7 à Athènes, le 17 septembre 2021 - ANGELOS TZORTZINIS © 2019 AFP
Emmanuel Macron lors du 8e sommet des pays méditerranéens MED7 à Athènes, le 17 septembre 2021 - ANGELOS TZORTZINIS © 2019 AFP

La polémique ne ralentit pas Emmanuel Macron. Quelques jours après avoir affirmé qu'il souhaiter "emmerder" les non-vaccinés "jusqu'au bout", le président de la République est placé en tête d'un sondage pour la prochaine présidentielle avec 26% des intentions de vote selon une enquête d'opinion Ipsos pour Franceinfo et Le Parisien. C'est un point de plus que le mois précédent. 

Derrière lui, la bataille fait rage pour le second tour. Marine Le Pen (RN) devance d'une courte tête Valérie Pécresse (LR) avec 17% des intentions de vote contre 16%. Des scores qui se sont stabilisés un mois après la victoire de la présidente de la région Île-de-France au Congrès des Républicains.

L'hypothèse Taubira ne bouleverse pas la course

Éric Zemmour (Reconquête!) est le candidat le plus en perte de vitesse. Alors qu'il assure être en difficulté pour trouver ses 500 parrainages, le polémiste d'extrême droite est donné à 12%, contre 14% le mois dernier. 

876450610001_6290421891001

Si l'éventualité d'une candidature de Christiane Taubira ne chamboule pas les intentions de vote citées plus haut, elle bouscule légèrement la donne à gauche. Dans l'hypothèse où elle se lancerait, et si l'élection avait lieu ce vendredi, elle recevrait 3% des voix. Un score qui ne change pas les 9% d'intentions de vote accordées à Jean-Luc Mélenchon (LFI), mais qui fait chuter Anne Hidalgo (PS) de 4,5 à 3% et Yannick Jadot (EELV) de 8 à 7%. 

Au second tour, Emmanuel Macron, qui n'est toujours pas candidat malgré son "envie" affichée, possède toujours une marge avec ses des principales adversaires. Ainsi, il récolterait 55% contre 45% face à Valérie Pécresse. Dans l'hypothèse où il venait à affronter Marine Le Pen, il l'emporterait 58% à 42%. 

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles