Présidentielle : Laurent Wauquiez, l’arlésienne très courtisée du congrès LR

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Auvergne Rhone-Alpes Laurent Wauquiez reelu a la tete de la region avec 134 voix
Auvergne Rhone-Alpes Laurent Wauquiez reelu a la tete de la region avec 134 voix

Nulle part et partout à la fois. Relativement discret dans les médias, Laurent Wauquiez, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est devenu au fil des semaines l’un des centres de gravité de la campagne en vue du congrès LR qui se tiendra du 1er au 4 décembre, pour désigner le candidat du parti pour la présidentielle. Très apprécié chez les militants, l’ancien président de LR est courtisé de toute part depuis qu’il a renoncé, en août dernier, à se présenter. Dernière déclaration d’amour en date : celle d’Éric Ciotti mercredi, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, annonçant qu’il proposerait à Laurent Wauquiez de devenir son Premier ministre, s’il venait à accéder à la fonction suprême. « Je crois que la France a besoin de sa vision, il a géré admirablement la région Auvergne Rhône-Alpes », a-t-il fait valoir. Le candidat Michel Barnier aurait déjà fait une proposition similaire à Laurent Wauquiez début septembre, selon une information du Figaro. Sans réponse, toutefois, de l’intéressé.

Également dans les colonnes du Figaro, mercredi, le non-candidat assume une position de neutralité : « J’ai fait le choix de ne pas ajouter du désordre, d’œuvrer pour le rassemblement. Je suis plus utile en restant au-dessus de la mêlée qu’en donnant des consignes de vote », explique Laurent Wauquiez. De fait, depuis la déroute historique du parti qu’il présidait aux élections européennes de 2019, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy, un temps voué aux gémonies par de nombreux ténors de sa famille politique, est resté dans l’ombre sans jamais complètement perdre la main. « Laurent Wauquiez est très attentif à l’évolution des débats. On sait qu’il représente une ligne devenue majoritaire. Dans le parti, c’est une référence », observe auprès de Public Sénat le sénateur Stéphane Le Rudulier, l’un des porte-parole d’Éric Ciotti.

« Nous ne sommes plus en 2019 »

À ses (...) Lire la suite sur Public Sénat

Naufrage dans la Manche : la coopération européenne à l’épreuve de la crise migratoire

Amélie de Montchalin imagine « l’action publique » de 2050

Covid-19 : les annonces d’Olivier Véran face à une cinquième vague « fulgurante »

« Le dialogue est fermé d’avance » : le budget 2022 de la Sécurité sociale rejeté en nouvelle lecture au Sénat

Concentration des médias : la commission d’enquête du Sénat commence ses auditions la semaine prochaine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles