Présidentielle : Jadot, Hidalgo, Mélenchon… Ce qu'ils répondent à Taubira

·1 min de lecture

Christiane Taubira a dit vendredi "envisager" sa candidature à l'élection présidentielle, "donnant rendez-vous à la mi-janvier" à ses sympathisants, pour répondre à "l'impasse" d'une gauche plus que jamais divisée. "Je ne serai pas une candidate de plus", a-t-elle toutefois affirmé, assurant vouloir "mettre toutes (ses) forces dans les dernières chances de l'union", à l'heure où la gauche est éparpillée entre plusieurs candidatures, pour un faible total d'environ 25% des intentions de vote au premier tour. A 69 ans, la native de Cayenne dit avoir "fait le compte" des "interrogations et attentes" des Français avant de se lancer pour "ouvrir un chemin commun".

Lire aussi - Présidentielle : Taubira "envisage d'être candidate", mais "pas une de plus" à gauche

Le "non" de Jadot

Ces dernières semaines, elle avait passé du temps au téléphone pour convaincre les autres candidats de s'inscrire dans la démarche de la primaire populaire. Sans succès, pour ce qui est de Jean-Luc Mélenchon (LFI), de Fabien Roussel (PCF) et de Yannick Jadot (EELV). Ce dernier, qui tenait au même moment une conférence de presse sur le travail, a réagi. "Si le PS veut organiser sa primaire, libre à lui. Je ne retournerai pas dans une primaire (...) Que chacun mène le processus démocratique qu'ils considèrent être le plus pertinent", a évacué l'écologiste, qui reste "les bras ouverts" pour les accueillir. Quelques minutes plus tôt, Yannick Jadot affirmait : "On a besoin d'une candidature écologiste. Elle sera...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles