Présidentielle: Jadot critique les "limites" de la social-démocratie du PS

·2 min de lecture
L'eurodéputé EELV Yannick Jadot le 9 décembre 2020 à Paris

L'eurodéputé EELV Yannick Jadot, candidat potentiel à la présidentielle, a de nouveau plaidé jeudi pour un candidat unique, écologiste, rassemblant gauche et Verts en 2022, en jugeant que la social-démocratie portée par le PS et Anne Hidalgo a "atteint ses limites".

Alors qu'Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg ont fait ces derniers jours un pas de plus vers une candidature pour 2022, Yannick Jadot a une nouvelle fois appelé sur France Inter au "rassemblement des forces sociales et politiques situées entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron", considérant qu'"il faudra rassembler tout le monde, Arnaud Montebourg, Christiane Taubira, Anne Hidalgo, la famille écologiste, les humanistes".

Interrogé sur les différences entre son positionnement et celui de Mme Hidalgo, il a jugé que la maire de Paris est "une élue très importante, une figure du Parti socialiste", en reconnaissant que la social-démocratie, qui "il y a encore quatre années dirigeait ce pays", "évolue", grâce au "travail que fait Olivier Faure", le patron du Parti socialiste.

"On a changé d'époque avec la social-démocratie", qui a "prouvé toute sa richesse", a-t-il ajouté.

Mais "elle a aussi trouvé ses limites" selon lui, et "aujourd'hui face à l'urgence climatique, l'explosion des pandémies, des catastrophes climatiques, la baisse de la biodiversité, la frustration de la promesse républicaine, la force d'avenir dans ce pays c'est l'écologie", a-t-il assuré: "face à de telles crises (...), on ne peut plus être dans les demi-mesures", a-t-il insisté en faisant valoir qu'il est "écologiste depuis trente ans".

"Notre écologie, ce n'est pas simplement celle des centres-villes, c'est l'écologie des petites villes et des moyennes villes, c'est l'écologie des quartiers, c'est l'écologie des campagnes", a-t-il aussi défendu.

Face à la déforestation et à l'élevage intensif responsables du déclenchement de pandémies, il a plaidé pour que l'Europe cesse les importations de produits issus de la déforestation.

Et pour lutter contre le réchauffement, il a proposé "que chaque euro d'argent public, d'exonération de cotisations, d'aides publiques, de marchés publics, soit conditionné au respect du climat".

ggy/jk/rhl