Présidentielle en Iran : Les réformistes cherchent leur place

Vote - Les Iraniens doivent voter le 28 juin prochain à la suite du décès de leur président Ebrahim Raïssi dans un accident d’hélicoptère, mi-mai

La date de la prochaine présidentielle en Iran est fixée au 28 juin. Et avant cela, les candidatures se mettent en place. Ce samedi, la principale coalition des réformateurs en Iran a prévenu qu’elle conditionnait sa participation à une condition : « Les réformistes participent aux élections s’ils ont un candidat. Sinon, il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils participent », a déclaré le porte-parole du Front des réformateurs, Javad Emam, cité par le quotidien Etemad.

La présidentielle anticipée du 28 juin vise à remplacer le président ultraconservateur Ebrahim Raïssi, décédé dans un accident d’hélicoptère le 19 mai. En tout, 80 personnalités ont déposé leurs candidatures, qui doivent être validées d’ici mardi par le Conseil des gardiens de la Constitution, un organe non élu dominé par les conservateurs. « Le Conseil des gardiens ne peut pas désigner de candidat à la place du mouvement réformiste (…) Nous devons avoir notre propre candidat », a annoncé la cheffe du Front, Azar Mansouri, citée par l’agence locale Fars.

Une faible participation en 2021

Les réformateurs ont sélectionné trois candidats possibles : l’ex-premier vice-président Eshagh Jahangiri, dont la candidature avait été invalidée à la présidentielle de 2021, ainsi que les anciens ministres(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Syrie : Deux combattants pro-iraniens tués dans un attentat, selon une ONG
Guerre en Ukraine : C’est quoi ce drone futuriste mis au point par Airbus pour épauler les avions de chasse ?
Censure, arrestations, persécutions… Augmentation « alarmante » des actes anti-LGBT dans le monde
Amnesty International : L’ONG déplore des exécutions au plus haut dans le monde depuis 2015