Présidentielle : ces imprévus et retournements de situation qui ont marqué la campagne

·1 min de lecture
© Stephane FERRER / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Après des semaines de débats et de meetings, la campagne présidentielle de 2022 se conclut vendredi soir à minuit, pour laisser place à la réserve électorale avant le second tour dimanche, et le résultat du "match retour" entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen . Une élection dont l'éditorialiste d'Europe 1 Nicolas Beytout tire les enseignements. Pour lui, cette campagne présidentielle a été marquée par des imprévus et des retournements de situation qui ont révélé la grande indécision des Français.

La surprise, c'est qu'il n'y en a pas eu

On peut déjà faire un bilan vendredi. Vous savez qu’on a coutume de dire que l’élection présidentielle française réserve toujours une surprise. Ce fut la victoire de Jacques Chirac sur Édouard Balladur en 1995, puis l’élimination de Lionel Jospin au premier tour de 2002, la qualification de Ségolène Royal en 2007, finalement battue par Nicolas Sarkozy, puis le crash de Dominique Strauss-Kahn en 2011 pour finir par l’incroyable irruption d’Emmanuel Macron il y a cinq ans.

Cette fois, la surprise, c’est qu’il n’y en a pas eu. Le fameux duel final, annoncé depuis des années, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen aura bien lieu. Les Français, paraît-il n’en voulaient pas, et pourtant ce sera l’affiche, dimanche. Mais, s’il n’y a pas eu "la" surprise, celle qui bouleverse les plans les mieux échafaudés, celle qui bouscule le scénario électoral préétabli, en revanche il y a eu plusieurs imprévus et retournements de situation. Des montées en flèc...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles