Présidentielle en Guinée équatoriale: la population partagée entre continuité et changement

© Diego Ramos/EyeEm/Getty Images

Environ 500 000 électeurs de la Guinée équatoriale doivent se rendre aux urnes dimanche 20 novembre pour départager trois candidats, à l’occasion de l’élection présidentielle. Nombreux veulent continuer avec le président sortant Teodoro Obiang Nguema, présenté comme « faiseur de la paix ». D’autres souhaitent se séparer de lui, évoquant notamment le manque d’emploi et de justice.

Avec notre envoyé spécial à Malabo, Loïcia Martial

À mi-chemin entre le siège du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE, au pouvoir) et celui de la télévision nationale, Juan Nguema, tient un petit établissement de transfert de crédit téléphonique. Ce jeune trentenaire, n'imagine pas son pays sans le président, Teodoro Obiang Nguema. « C’est mon candidat, je vote pour lui tous les jours parce que sa politique est très transparente. Depuis qu’il a pris le pouvoir, il y a beaucoup de liberté d’expression. La paix et la construction du pays : c’est Obiang Nguema ».

D'ailleurs, le pouvoir équato-guinéen s'évertue à promouvoir la stabilité, la paix et le développement qu'il dit garantis par le président sortant et candidat à sa réélection Teodoro Obiang Nguema. Son camp salue « une campagne qui se déroule sans incidents ». Les partisans du président Obiang Nguema chantent déjà victoire par la voix de Manuel Ndong, membre de l’équipe de campagne du président sortant.

La Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Ceeac) sera également de la partie avec 25 observateurs. Tout comme la Cemac, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale.


Lire la suite sur RFI