Publicité

Présidentielle en Finlande: un second tour avec la menace russe en toile de fond

Le second tour de la présidentielle finlandaise, ce dimanche 11 février, voit s'affronter deux poids lourds de la politique nationale. S'il a des pouvoirs limités, le président a vu son rôle diplomatique gagner en importance sur la scène internationale depuis le regain de tensions avec la Russie voisine.

D'un côté, le virevoltant Alexander Stubb. L'ancien Premier ministre conservateur, 55 ans, est arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle avec 27,2% des voix. De l'autre, le plus posé Pekka Haavisto. Membre du parti des Verts, il se présente à 65 ans en indépendant et a recueilli 25,8% au premier tour de la présidentielle. L’entre-deux-tours a été marqué par une grande courtoisie et des débats télévisés très consensuels, rapporte notre correspondante régionale, Carlotta Morteo. D’autant que les deux candidats sont d’accord sur l’essentiel : le danger représenté par la Russie, l’intérêt suprême pour la Finlande de s’engager pleinement dans l’Otan et aux côtés des pays menacés.

Déjà considérablement détériorées depuis l'offensive russe en Ukraine, les relations avec la Russie se sont davantage dégradées avec l'adhésion de la Finlande à l'Otan. Fin août, Helsinki a constaté un afflux de migrants à sa frontière orientale, accusant Moscou d'orchestrer une crise migratoire à ses portes. Le pays a fermé sa frontière avec son voisin en novembre, une mesure soutenue par l'ensemble des candidats à la présidentielle.

Une même vision


Lire la suite sur RFI