Présidentielle : face à l'abstention, LREM et RN font la course aux procurations

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Serge Tenani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sur les sites internet de campagne de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron , impossible de rater les grands bandeaux appelant les électeurs potentiels à confier leur procuration pour le scrutin du 24 avril prochain. Des deux côtés, le même procédé : un formulaire en ligne à remplir en plus de ses démarches habituelles en gendarmerie, et vous voilà associé à une personne trouvée par le parti et qui portera votre voix. Au premier tour de la présidentielle , le dispositif a été utilisé 8.000 fois chez le Rassemblement national, 15.000 pour la République en Marche.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Des dizaines de demandes par heure

Dans les faits, ces demandes s’appuient sur les bureaux locaux des partis, dans lesquels certaines demandes se font aussi directement par téléphone. Et le service tourne à plein régime. Barbara Granatelli est référente En marche du 15e arrondissement de Paris. Rien que dans son secteur : 400 demandes en une semaine et des dizaines par heure, dit-elle. Alors tout le monde est sur le pont. "Face à Marine Le Pen, toutes les voix doivent être présentes ! Il va nous falloir aussi des personnes pour recevoir les procurations. Nous avons mobilisé nos militants, la famille de nos militants et même les amis !", raconte-t-elle au micro d'Europe 1.

Barbara Granatelli, comme d’autres responsables locaux, pointent une plus grande utilisation de ce service en raison de la date du scrutin. "Il y a eu une forte augmentation des demandes aprè...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles