RECIT. Présidentielle : entre doute et impatience, les derniers jours de campagne d'Emmanuel Macron avant le premier tour

Sophie Brunn
RECIT. Présidentielle : entre doute et impatience, les derniers jours de campagne d'Emmanuel Macron avant le premier tour

Jusqu'au bout, Emmanuel Macron aura fait campagne. Donné favori du premier tour de l'élection présidentielle par les sondages, le candidat d'En marche ! a poursuivi son effort, multipliant meetings, déplacements et interventions médiatiques, avec l'objectif de ne pas flancher dans la dernière ligne droite. Récit d'une semaine entre doutes et espérances.

Lundi, en meeting à Bercy : "Il n'y en a plus pour longtemps"

Bercy ressemble à une boîte de nuit en plein jour. Partout dans les tribunes de l'Accorhotels Arena, des tee-shirts roses, bleu turquoise et jaune pétant. Pendant deux heures, les "marcheurs", ces militants d'Emmanuel Macron, se déhanchent sur de la musique dance en attendant leur champion. Et quand celui-ci prend enfin la parole, il est constamment interrompu par les applaudissements et les encouragements de ses supporters. "La salle chauffe la salle, sourit Christophe Castaner. Pour la plupart, ce ne sont pas des anciens militants, ils sont simplement heureux d'être là."

Ce proche d'Emmanuel Macron fait le tour de Bercy, tentant de prendre la température. Et celle des sondages, qui indiquent un resserrement une semaine avant l'échéance ? "A part celui d'Opinionway, il n'y a pas de resserrement", assure-t-il. Et pour prouver qu'il ne s'agit pas de méthode Coué, il sort son smartphone et montre une série de sondages, dont le dernier, pas encore rendu public, est favorable à son candidat. Christophe Castaner veut même croire que ce "resserrement" sera profitable aux "marcheurs". "Cela sert le vote utile, ça va nous permettre d'assécher un peu plus Benoît Hamon et Mélenchon aussi fera moins. Les gens veulent en sortir, ils en ont assez de la campagne." On lui demande s'il parle des électeurs... ou des membres d'En marche !. Les militants ne cachent pas leur fatigue. Et le statut de favori est bien lourd à porter cette (...) Lire la suite sur Francetv info

VIDEO. Après l'attentat des Champs-Elysées, Jean-Luc Mélenchon veut "achever dignement cette campagne électorale"
Attentat : panique sur les Champs-Élysées
François Asselineau : "Vous imaginez De Gaulle faire un référendum pour poursuivre la Résistance ?"
Attentat des Champs-Élysées : les conséquences politiques
Lassalle : "Incarner la France, c'est le don que j'ai reçu"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages