Présidentielle : "Emmanuel Macron a un discours de candidat mais plus du tout la tonalité de 2017"

·1 min de lecture

Auteur de Macron ou le mystère du verbe. Ses discours décryptés par la machine (L'Aube, 2021), Damon Mayaffre, linguiste et chercheur au CNRS, est membre du laboratoire Bases, Corpus, Langage à l'université Côte d'Azur (UCA), qui utilise l'intelligence artificielle pour analyser les discours des politiques. Il décortique l'allocution présidentielle de mardi.

Après l'allocution d'Emmanuel Macron mardi, les oppositions ont de concert dénoncé un discours de candidat. Si l'on analyse ses mots, était-ce le cas?
C'est paradoxal. Oui, c'est un discours de candidat. Pour autant, il n'a plus du tout la tonalité des discours de 2017. C'est un candidat qui commence à dessiner un programme, mais qui s'appuie d'abord sur un bilan. C'est le candidat qui s'exprime, mais avec les mots du président sortant : l'un des verbes qu'il a le plus martelé, c'est "continuer". Ce n'est donc pas un candidat nouveau, mais un candidat président.

Beaucoup de défense de son bilan, mais y avait-il aussi de la nouveauté dans son propos?
Oui. Et c'est pour cela qu'il est autant commenté. C'est un discours bilan, mais le Macron nouveau est arrivé, avec beaucoup de ruptures par rapport à ses discours précédents. Le principal exemple : le "nous" a remplacé le "je". Macron avait traditionnellement une énonciation personnelle. Là, il s'est appliqué à faire un bilan collectif. D'où beaucoup de "nous" et peu de "je". Et aussi de multiples utilisations du mot "ensemble".

Lire aussi - Passe sanitaire, dose de rappel, n...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles