Présidentielle : Emmanuel Macron au Champ-de-Mars, entre grandiose mise en scène et humilité du discours

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Reuters
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le contraste était saisissant. La mise en scène de la soirée électorale d’Emmanuel Macron, grandiose, tranchait dimanche soir avec la tonalité de son court discours d’une dizaine de minutes, tout en sobriété et modestie recherchées. Au pied de la tour Eiffel, le chef de l’Etat, fraîchement réélu président de la République avec 58,5% des voix selon les estimations de l’Ifop, l’assure : « J’ai conscience que ce vote m’oblige pour les années à venir. » Car sa victoire est aussi portée par les voix des artisans du barrage à l’extrême droite.

Nul triomphalisme dans la voix d’Emmanuel Macron , quand l’antenne la plus célèbre du monde illumine le noir de la nuit, encore transpercé, quelques minutes plus tôt, des lueurs orangées du soleil couchant. « Je suis dépositaire de leur sens du devoir, de leur attachement à la République et du respect de la différence qui se sont exprimés ces dernières semaines », a-t-il insisté en référence à ses électeurs « par défaut ». Humilité, toujours, parce qu’il lui faudra « répondre » d’une part, au « refus de choisir » exprimé par le silence des abstentionnistes (28,3 % des Français ont préféré ne pas se rendre aux urnes) ; d’autre part « aux colères » notamment signifiées dans le vote en faveur de son adversaire du Rassemblement national, Marine Le Pen, qui a recueilli  41,5 % des suffrages.

Lire aussi - EN DIRECT. Emmanuel Macron: « Je ne suis plus le candidat d'un camp mais le président de tous »

Ode à la joie, enfants autour du couple préside...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles