Présidentielle: Delphine Batho candidate à la primaire des écologistes

·2 min de lecture
La présidente de Génération Ecologie Delphine Batho, à Paris, le 21 octobre 2020

La présidente de Génération Ecologie Delphine Batho est candidate à la primaire des écologistes pour la présidentielle, "pour une autre écologie", qui "assume la décroissance", a-t-elle annoncé lundi sur BFMTV/RMC.

"Je suis candidate à la primaire des écologistes parce que protéger les Français et les Françaises du réchauffement climatique, des effets, des impacts liés à la destruction de la nature est désormais une question de sécurité nationale dont il faut tirer toutes les conséquences et qui implique à mes yeux une autre écologie", a expliqué l'ancienne ministre.

"Le sens de ma candidature c'est de vouloir préparer les écologistes à l'exercice des responsabilités pour convaincre les Françaises et les Français d'essayer le bonheur de l'écologie", a-t-elle poursuivi.

"Le sens de ma candidature c'est de garantir qu'il y aura un bulletin de vote écologiste au 1er tour de l'élection présidentielle", a précisé Delphine Batho, qui "considère que les écologistes sont en situation d'être au 2e tour s'ils s'en donnent les moyens et s'ils font un travail de crédibilité, de culture de gouvernement".

Delphine Batho est la 5e candidate à la primaire des écologistes, prévue en septembre: elle sera opposée au maire de Grenoble Eric Piolle, à l'eurodéputé Yannick Jadot, à l'ex-numéro 2 du parti Sandrine Rousseau, et à Jean-Marc Governatori, co-président du parti Cap Ecologie.

Celle qui est "pour la régulation écologique de l'économie de marché" dit "assumer d'être pour la décroissance, d'être pour un équilibre entre les nécessités humaines et les nécessités de la préservation du vivant".

"L'écologie politique est née parce que jamais on ne tient compte dans les décisions des nécessités du climat, de la biodiversité. Le chemin de l'autre écologie c'est un chemin d'équilibre entre ces nécessités", a plaidé Mme Batho.

Pour elle, "même si l'écologie progresse, cette progression est trop lente. Elle est plus lente que la fonte des glaciers, que les incendies, les catastrophes (...) il faut que les écologistes soient en capacité de prendre rapidement les responsabilités".

"Cela implique une autre écologie, qui s'adresse à toutes et à tous, qui assume sa dimension régalienne et républicaine, qui assume la décroissance, et qui est aussi indépendante par rapport aux anciens clivages partisans, c'est le sens de l'autre écologie que je propose".

Les deux tours de la primaire se tiendront les 16-19 septembre puis les 25-28 septembre.

caz/ggy/zl

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles