Présidentielle: le Conseil constitutionnel saisi après que Lassalle a mis en scène son abstention

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jean Lassalle daon bureau de vote de Lourdios-Ichères, dans les Pyrénées-Atlantiques, le 24 avril 2022.  - Gaizka Iroz
Jean Lassalle daon bureau de vote de Lourdios-Ichères, dans les Pyrénées-Atlantiques, le 24 avril 2022. - Gaizka Iroz

Il aura fait davantage sensation autour des urnes qu'au-dedans. Jean Lassalle, éliminé au premier tour de la présidentielle après avoir tout de même rassemblé 3,13% des suffrages exprimés et plus d'un million des inscrits, fait l'objet d'une saisine du Conseil constitutionnel au lendemain du second tour du scrutin.

RTL et Le Parisien ont en effet révélé ce lundi que les "Sages" avaient été interpellés par la Commission nationale de contrôle de la campagne afin de statuer sur le cas du député pour ce qu'elle considère comme un "incident majeur" dans le processus électoral. Jean Lassalle a en effet publiquement affiché son choix de l'abstention en plein bureau de vote, dans son fief de Lourdios-Ichères, dans les Pyrénées-Atlantiques.

Violation du Code électoral

Dimanche, Jean Lassalle a ainsi fait le déplacement jusqu'aux isoloirs dans l'intention, apparemment, de glisser un bulletin blanc dans l'enveloppe. Sauf qu'une fois parvenu devant les assesseurs, il a remisé ladite enveloppe, déclarant devant les journalistes venus assister à la scène: "Je refuse de participer à ce vote, je m'abstiens". "J’ai fait ça pour marquer la désapprobation la plus totale devant la campagne électorale que nous venons de vivre", a-t-il encore justifié plus tard dans une vidéo.

Ce n'est évidemment pas son abstention que la Commission nationale de contrôle de la campagne espère voir sanctionnée - s'abstenir étant parfaitement légitime et l'expression d'un vote n'ayant pas de caractère obligatoire. L'instance lui reproche d'avoir proclamé son choix au sein même du bureau de vote en dépit de l'article R48 du Code électoral, qui précise: "Toutes discussions et toutes délibérations des électeurs sont interdites à l'intérieur des bureaux de vote."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles