Présidentielle : «C'est inacceptable de mettre dans le même sac les régimes démocratique et dictatorial»

·1 min de lecture

"On a ce que l'on appelle la démocratie, et on n'en profite pas." L'écrivain et réfugié politique syrien, Omar Youssef Souleimane a voté pour la première fois en France lors du premier tour de la présidentielle dimanche dernier. Il était lundi l'invité de la matinale d'Europe 1. Il ne "comprend pas les raisons" de l'abstention , tout comme la désaffection des Français pour la politique. "On pourrait ne pas être contents du résultat, on pourrait manifester contre le fait de vivre encore une fois cette situation entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron", détaille-t-il. "Mais manifester en disant 'Ni Macron ni Le Pen', ça je ne comprends pas", assure l'auteur.

>> Retrouvez l'entretien tous les matins à 8h13 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

"Comment on pourrait être contre le résultat" sous prétexte de "défendre la démocratie", se demande-t-il au micro de Sonia Mabrouk. "On ne peut pas être 'ni Macron ni Le Pen', il faut vraiment choisir", juge Omar Youssef Souleimane. "Il faut profiter de cette démocratie", demande encore l'écrivain, en signifiant que cela peut passer par des associations, ou encore par des manifestations pacifiques puisqu'"on a encore cette possibilité". "Voter ou avoir la liberté d'expression, c'est aussi une chance, un privilège, qu'on n'a pas ailleurs, dans les pays arabes, par exemple", rappelle-t-il.

La France, une dictature ?

À cet égard, Omar Youssef Souleimane explique ne "pas être du tout d'accord avec ceux qui disent que la Fran...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles