Présidentielle : "Cette campagne a mis fin au Parti socialiste d'Épinay"

franceinfo
Présidentielle : "Cette campagne a mis fin au Parti socialiste d'Épinay"

Quelles conséquences aura le premier tour de la présidentielle sur le Parti Socialiste et la gauche ? Les cartes sont rebattues après le très faible score de Benoît Hamon (6,36%) et la percée d'Emmanuel Macron. "Cette campagne a mis fin à ce qui a été le parti socialiste d'Epinay", a expliqué à franceinfo Laurent Bouvet, professeur de science politique et auteur de La gauche zombie (éditions Lemieux).

franceinfo : Doit-on s'attendre à l'apparition de nouvelles gauches après ce premier tour ?

Laurent Bouvet : Ce qu'on a connu ces dernières décennies va se transformer profondément. On ne peut pas dire s'il y aura un nouveau PS ou deux : un plutôt à gauche avec les écologistes, héritage de Benoît Hamon, et puis une aile plus sociale-libérale derrière Manuel Valls. Mais il y a beaucoup d'inconnues. Il faut attendre le second tour, le score qu'Emmanuel Macron va faire contre Marine Le Pen, et les législatives. Les logiques vont encore bouger. Cette campagne a mis fin à ce qui a été le parti socialiste d'Épinay, du nom de sa refondation par François Mitterrand en 1971.

Où se situe Emmanuel Macron au milieu de ces transformations ? Appartient-il à la gauche libérale, à la droite sociale, au nouveau centre ?

À tout ça à la fois. C'est à la fois sa qualité, et son principal problème. Comment faire vivre ensemble ces traditions, des élus, des habitudes qui se sont prises ? Lui-même a dit qu'il n'était ni de gauche ni de droite, au-delà de la gauche et de la droite. C'est aussi la possibilité d'un centre pour la première fois dans l'histoire de la présidentielle française.

Jean-Luc Mélenchon peut-il s'imposer comme l'acteur central de la recomposition d'une gauche ?

De LA gauche, sans doute pas. La fracturation ne lui permettrait pas de jouer ce (...) Lire la suite sur Francetv info

Présidentielle : dans le village d'Ecuelle, personne n'a voulu se mettre En marche !
Hénin-Beaumont : le photographe Jacob Khrist libéré après trente-six heures de garde à vue
Quand Marine Le Pen fait du Jean-Marie
C'est comment ailleurs ? L'abstention en Europe
Pas de son, pas d'image : le couac de la visite d'Emmanuel Macron à l'hôpital de Garches

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages