Présidentielle : Bertrand et Taubira, trouble-fêtes du duel Macron-Le Pen ?

Pierre Maurer
·2 min de lecture
sipa_00962677_000038.jpg
sipa_00962677_000038.jpg

Quatorze mois. C’est le délai qui sépare les Français de l’élection présidentielle de 2022, déjà bien présente dans la vie politique du pays. Au fil des mois, les appétits s’aiguisent et les candidatures potentielles se multiplient. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se sont déjà déclarés, Emmanuel Macron tente d’imprimer un bilan malgré l’omniprésence de la crise sanitaire, la droite, la gauche et les écologistes se cherchent un candidat…

Pour l’heure, le chef de l’Etat peut se rassurer avec le dernier baromètre politique Odoxa Dentsu-consulting de février, pour France Inter et la Presse régionale. La popularité de l’exécutif y demeure stable en février : avec 41 % de jugements positifs pour le Président et 36 % pour le Premier ministre la popularité des têtes de l’exécutif progresse d’un point, malgré la gestion de la crise sanitaire fortement critiquée. Sans surprise, les deux hommes sont plus populaires chez les sympathisants de droite que ceux de gauche. Emmanuel Macron peut en tout cas se féliciter d’une popularité nettement supérieure à celle de son prédécesseur socialiste : à la même période de son mandat, le président de la République est presque deux fois plus populaire que François Hollande. Compagnon de route d’Emmanuel Macron et président du groupe RDPI (LREM) au Sénat, François Patriat s’en réjouit : « Le président a un socle entre 21 et 23 % solide. Emmanuel Macron je le vois au deuxième tour, si on gère le covid comme maintenant. Et puis on aura du vaccin contre le covid à gogo en avril », se rassure-t-il.

En face de lui, les opinions s’affinent et les outsiders se précisent. Si la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen (28 %), reste sa principale adversaire, à droite comme à gauche, deux candidats émergent : Xavier Bertrand et Christiane Taubira.

Florilège de candidats potentiels à droite : Bertrand en tête, Retailleau à la traîne

Pour le président des Hauts-de-France, rien de surprenant : sa (...) Lire la suite sur Public Sénat

« La guerre des prix se fait sur le dos des agriculteurs » : plus de deux ans après, la loi Egalim peine encore à convaincre

Daft Punk : au Sénat aussi on regrette leur séparation

Confinement local : le débat avait commencé dès janvier au Sénat

Olivier Véran ouvre le débat de l’obligation vaccinale pour les personnels des Ehpad

Loi climat : « Tous les lobbies ont fait le siège pour poser des contraintes à ce texte », dénonce Ronan Dantec