Présidentielle: Batho juge une primaire écologiste indispensable et tance le "défaitisme" de Jadot

Clarisse Martin
·2 min de lecture
Delphine Batho, invitée de BFMTV-RMC lundi 5 avril 2021. - BFMTV
Delphine Batho, invitée de BFMTV-RMC lundi 5 avril 2021. - BFMTV

Une primaire en vue de la présidentielle de 2022? "On verra! On a le droit d'être intelligents, on a le droit de ne pas recommencer les erreurs du passé", a lâché dimanche le député européen EELV Yannick Jadot sur BFMTV.

Une petite phrase qui n'est pas passée inaperçue. Le candidat putatif à la présidentielle a ensuite été repris de volée sur Twitter par le secrétaire national de sa formation politique, Julien Bayou, rappelant "à toutes fins utiles" que ce processus de désignation avait été "décidé par EELV à une très large majorité".

"Rupture avec la logique du présidentialisme"

"Clairement oui", une primaire est indispensable, a renchéri ce lundi matin la députée des Deux-Sèvres Delphine Batho, présidente de Génération Écologie. "Une primaire citoyenne, mais qui doit être en rupture avec la logique du présidentialisme, avec cette idée que l'élection présidentielle c'est la rencontre d'un homme, en général on dit un homme, avec un destin. Non, c'est d'abord une affaire collective", estime la parlementaire, qui n'est pas membre d'Europe écologie - Les Verts.

"Ma proposition pour la primaire des écologistes, c'est qu'on ait un processus démocratique extrêmement innovant, qui construise une équipe, par ce qu'on appelle le mode de scrutin préférentiel, c'est-à-dire au lieu d'être dans une logique d'élimination, qui crée des divisions, qui crée des déchirures, des blessures, qu'on ait un processus collectif, qui constitue une équipe", a poursuivi l'ancienne ministre de l'Écologie de François Hollande.

"L'heure est à la mobilisation pour l'écologie"

Concernant la sortie de Yannick Jadot sur la primaire, qui a lancé un appel à plusieurs personnalités de gauche afin de se réunir sous 15 jours, Delphine Batho dit ne pas partager son "défaitisme".

"Je pense que l'heure est à la mobilisation pour l'écologie, pour un programme de gouvernement écologiste, qu'on est à plus d'un an de l'élection présidentielle, donc on ne peut pas tirer de conclusion hâtive en disant 'tout est fichu pour l'écologie, il n'y a plus qu'à se réfugier dans les jupes de la gauche'", a-t-elle poursuivi, en disant ne pas avoir "pris de décision", quant à sa propre participation à la primaire.

Article original publié sur BFMTV.com