Présidentielle: la bataille des parrainages fait rage chez Les Républicains

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avant le congrès LR du 4 décembre prochain, les six candidats en lice rassemblent leurs forces et les parrainages.

Dans son édition du jour, «LeJournal du Dimanche» fait le point sur la bataille des parrainages qui secoue le parti Les Républicains en vue du congrès du 4 décembre prochain qui doit désigner le champion de la droite pour l’élection présidentielle. La règle est simple: chaque candidat doit présenter d’ici mardi devant l’instance du contrôle du parti 250 parrainages d’élus au sens large (parlementaires, mais aussi maires, conseillers départementaux ou régionaux). Même si ce sont les adhérents qui voteront, il est impératif de montrer ses muscles, surtout si l’on est en retard dans les sondages... ce qu’a bien compris Michel Barnier. Ainsi, selon l’enquête du «JDD» qui a sollicité 256 personnalités LR, le négociateur du Brexit peut compter sur 62 parrains parlementaires contre 56 pour Xavier Bertrand, 48 pour Valérie Pécresse, 21 pour Eric Ciotti, 1 pour Philippe Juvin et… zéro pour Denis Payre. Anecdotique ? Peut-être mais cette course aux parrainages fait monter la tension entre les différents camps, avant les débats…

Xavier Bertrand a toujours les faveurs des sympathisants LR

Selon le sondage Ifop réalisé pour le «JDD» le 28 et 29 octobre, Xavier Bertrand a toujours les faveurs des sympathisants LR: 72% se disent prêt à voter pour lui, contre 64% pour Valérie Pécresse et 59% pour Michel Barnier. Ils sont 45% à le choisir parmi les six candidats LR contre 26% pour Michel Barnier et 23% pour Valérie Pécresse. Plus d’un tiers des Français (34%) souhaitent voir le président de la région Hauts-de-France être désigné candidat à la présidentielle par les adhérents des Républicains contre 26% pour Valérie Pécresse, 21% pour Michel Barnier, 10% pour Philippe Juvin et 9% pour Eric Ciotti.


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles