Publicité

Présidentielle en Azerbaïdjan: les électeurs appelés aux urnes pour un scrutin sans grand suspense

Les Azerbaïdjanais se rendent aux urnes ce mercredi 7 février, pour une élection présidentielle anticipée sans grand suspense, et pour cause : la réélection du dirigeant sortant, Ilham Aliev, semble assurée. Très populaire depuis la victoire dans le Haut-Karabakh, Ilham Aliev, au pouvoir depuis plus de vingt ans, n’a laissé en outre aucune chance à l’opposition qui a préféré boycotter le scrutin.

Le scrutin devait avoir lieu en 2025, mais Ilham Aliev a choisi de précipiter le vote, voulant sans doute profiter de l’élan donné par la victoire militaire sur l’Arménie. Une victoire qui a permis à l’Azerbaïdjan de récupérer le Haut-Karabakh et de laver l’affront subi il y a plus de trente ans, dans le sillage de l’effondrement soviétique.

Ultra populaire, le président azerbaïdjanais ne prend de toute façon que très peu de risques à se présenter devant les électeurs.

Les ONG de défense des droits humains sont unanimes : l’Azerbaïdjan este l’un des pays les plus répressifs d’Europe et, ces derniers mois, un nouveau tour de vis a été donné, avec une série d’arrestations dans les rangs de l’opposition et parmi les quelques médias indépendants du pays.

Dans ce contexte, l’opposition préfère boycotter un scrutin qu’elle estime joué d’avance, et ce sont donc des candidats méconnus qui se présentent face au président sortant. Lors du scrutin précédent, Ilham Aliev avait reçu 86% des suffrages. Un score que le président azerbaïdjanais, au pouvoir depuis 2003, pourrait encore dépasser à l’issue de ce nouveau scrutin.


Lire la suite sur RFI