Publicité

Présidentielle au Salvador: Nayib Bukele, président sortant et controversé, archi-favori

Ce dimanche 4 février 2024 a lieu l'élection présidentielle au Salvador en même temps que les législatives et les municipales. Le président Nayib Bukele part largement favori à la suite des deux ans de « guerre contre les pandillas », les bandes armées au Salvador. L'opposition, elle, ne parvient pas à se faire entendre.

La Constitution salvadorienne interdit à un président de faire deux mandats successifs. Mais en 2021 les juges de la nouvelle Cour constitutionnelle, nommée par Nayib Bukele, l’ont autorisé à se représenter si le pouvoir était assumé par quelqu’un d’autre pour ses six derniers mois de présidence – il l’a remis à un de ses proches. Une interprétation de la Constitution que la population a acceptée d’autant mieux qu’un an plus tard, en 2022, le président lançait sa guerre contre les bandes armées, les Pandillas, mettant en prison environ 75 000 personnes et décrétant l’état d’exception. Résultat, la criminalité a considérablement baissé. Le taux d'homicide s'est écroulé, passant de 106,3 pour 100 000 habitants en 2015, alors l'un des plus élevés au monde hors période de conflit, à 2,4 en 2023.

Et les Salvadoriens lui en sont toujours reconnaissants, même si cet état d’exception a suspendu nombre de leurs libertés, et même si le président, se concentrant sur la répression, ne s’est pas attaqué aux causes de l’existence des Pandillas. Il jouit aujourd'hui d'une popularité sans équivalent, évaluée à 90% de la population, selon le Latinbarometro.


Lire la suite sur RFI