Publicité

Présidentielle au Sénégal: à Richard Toll, le monde agricole face au changement climatique

Les Sénégalais vont aux urnes le 25 février prochain pour choisir un nouveau président de la République. D’ici là, nos correspondants sillonnent le pays pour aller à la rencontre des populations et saisir leurs préoccupations. La vallée du fleuve Sénégal, au Nord, est une terre fertile et très agricole qui doit faire face aux défis posés par le dérèglement climatique. La région vote en faveur de la majorité présidentielle, mais entend faire valoir ses griefs en matière agricole.

De notre envoyée spéciale à Richard Toll,

Calée contre le fleuve Sénégal et les canaux d’irrigation où prospère la canne à sucre, Richard Toll est une ville d’eau et d’agriculture. La région est connue pour l’activité sa grande entreprise sucrière, la CSS, implantée dans les années 70 et qui emploie jusqu’à 8 000 personnes en période de campagne. Beaucoup de jeunes se projettent dans les emplois manuels qu’elle propose, comme la coupe de la canne à sucre.

Il y a aussi le secteur du riz, central pour l'objectif de l’autosuffisance alimentaire, dans un pays où la plus grosse partie de cette céréale est encore importée. Mais on n'y est pas encore malgré les promesses du président.

Certains cultivateurs ont eu accès à des financements publics pour acheter des moissonneuses batteuses, mais celles-ci ne sont plus assez performantes. Les riziculteurs ont désormais besoin de moissonneuses à chenilles pour travailler sur les terres humides.

Une région fidèle à la majorité présidentielle


Lire la suite sur RFI