Présidentielle au Portugal: Marine Le Pen et André Ventura affichent un front uni

·2 min de lecture

Marine le Pen est à Lisbonne. La présidente du Rassemblement national (RN) est venue soutenir André Ventura, président du petit parti Chega. Il est candidat à la présidentielle du 24 juin prochain sans aucun espoir de l’emporter, mais pourrait flirter avec la barre des 10%. Une prouesse dans un pays ou l’extrême droite est inaudible depuis la fin de la dictature. Sur le fond pourtant, Marine Le Pen et André Ventura n’ont pas grand-chose en commun.

Avec notre envoyée spéciale à Lisbonne, Anne Soetemondt

« Voir Marine Le Pen est un symbole pour moi. » André Ventura aimerait confirmer sa percée des législatives à la présidentielle. S’afficher avec Marine Le Pen est donc pour lui un joli coup médiatique à deux semaines du scrutin.

« Cela montre qu’il existe un projet européen en train de se construire contre le projet européen de Bruxelles », poursuit le candidat. Parler d’Europe pour ne pas parler de ce qui fâche, Marine Le Pen et André Ventura le savent, sur l’avortement, la place de la religion dans la société, mais aussi sur le curseur du discours. Les deux dirigeants populistes ont des divergences que Marine Le Pen balaie d’un revers de main.

« C'est justement parce que notre philosophie est de reconnaître et de respecter les spécificités nationales que non seulement nous les admettons, mais nous y voyons la marque de la liberté de chacun. »

Une manière aussi pour Marine Le Pen d’envoyer un message au Hongrois Viktor Orban dont elle aimerait se rapprocher et dont l’un des conseillers est ami d’André Ventura.

Une manière, enfin, de faire un clin d’œil à la communauté portugaise de France. Plus d’un million de personnes, et donc d’électeurs potentiels.

À lire aussi : Marine Le Pen au Portugal pour soutenir son allié candidat à la présidentielle