Le Niger vote pour sa première transition démocratique

par Boureima Balima
·2 min de lecture
LE NIGER VOTE POUR SA PREMIÈRE TRANSITION DÉMOCRATIQUE

par Boureima Balima

NIAMEY (Reuters) - Le dépouillement a commencé dimanche au Niger après le premier tour d'une élection présidentielle devant mener à la première transition démocratique de l'histoire du pays d'Afrique de l'Ouest, régulièrement ébranlé par les attaques de groupes islamistes.

Le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum, ancien ministre de l'Intérieur, est considéré comme le grand favori pour prendre la succession du président sortant Mahamadou Issoufou, qui quitte le pouvoir après deux quinquennats.

Le résultat du scrutin, qui s'est déroulé sans incident majeur, sera connu dans les prochains jours.

Mohamed Bazoum, âgé de 60 ans, a promis de poursuivre les politiques menées par Mahamadou Issoufou mais aussi de lutter contre la corruption.

"Si je suis suffisamment chanceux pour remporter cette élection, vous aurez choisi quelqu'un qui sera prêt dès le premier jour", a-t-il dit dans une vidéo de campagne.

En plus de crises sécuritaires, qu'il s'agisse des attaques de groupes liés à l'Etat islamique (EI) près des frontières occidentales avec le Mali et le Burkina Faso ou des violences de Boko Haram à proximité de la frontière avec le Nigeria au sud-est, le Niger est confronté à une situation économique très délicate, que l'épidémie de coronavirus a aggravée.

Trente candidats sont en lice pour le scrutin. Les rivaux de Bazoum espèrent contraindre celui-ci à disputer un second tour.

Hama Amadou, battu au second tour de la précédente élection présidentielle, a été interdit de se présenter au scrutin à cause d'une condamnation criminelle, laissant l'opposition sans véritable chef de file.

La semaine dernière, le parti d'Amadou a appelé ses partisans à se mobiliser pour voter pour Mahamane Ousmame, qui a exercé le pouvoir de 1993 à 1996.

Une transition démocratique constituerait une avancée majeure dans l'ancienne colonie française, qui a connu quatre coups d'Etat depuis son indépendance en 1960.

Cela marquerait aussi un contraste avec la Côte d'Ivoire et la Guinée, dont les présidents ont profité cette année de réformes constitutionnelles pour obtenir un troisième mandat, faisant craindre un recul démocratique dans la région.

(version française Jean Terzian et Patrick Vignal)