Présidentielle au Congo-Brazzaville: derniers meetings pour les candidats

·1 min de lecture

Denis Sassou-Nguesso, président sortant du Congo-Brazzaville, candidat à sa propre succession lors du scrutin présidentiel du 21 mars, a tenu son dernier meeting dans la capitale congolaise, tout comme ses deux principaux challengers, les anciens ministres devenus opposant, Guy-Brice Parfait Kolélas et Mathias Dzon.

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

Véritable démonstration de force : sur l’ex-boulevard des armées, Denis Sassou-Nguesso a mobilisé plus de monde que lors des manifestations de la fête de l’Indépendance qui ont souvent lieu au même endroit.

Des vieux, des femmes et des jeunes venus des quatre coins de la capitale arborant tous ou presque des tee-shirts, casquettes et autres gadgets à l’effigie du candidat du parti congolais du travail (PCT) qu’ils ont écouté dans une ambiance festive. Coiffé d’un sombrero le dirigeant qui brigue un quatrième mandat a promis un coup K.O dès le premier tour à ses partisans.

À quelques centaines de mètres seulement de son lieu de meeting, devant l’esplanade du stade Marchand, Guy-Brice Parfait Kolélas et son allié Jean-Jacques Serge Yombi Opango ont aussi mobilisé. Une foule compacte presque sans gadgets, brandissant des branchages et des drapelets blancs. Pour cette foule, il est temps de nouer une corde au coup du pouvoir sortant.

Pour sa part, l’opposant Mathias Dzon s’est retrouvé avec les siens à la place de la mairie de Moungali, un espace un peu exigu. Il a fustigé le vote anticipé de la force publique. L’ancien argentier congolais a promis de gagner et de redorer le blason terni d’un pays plein de richesses.