Présidentielle au Congo-B : la création d'emplois, préoccupation majeure des jeunes

·1 min de lecture

le Congo-Brazzaville va élire son nouveau président ce dimanche 21 mars. Dans son ensemble la jeunesse, qui représente la majorité de la population, attend que le nouvel élu lui créé plus d’emplois parce que le chômage a atteint des proportions inquiétantes dans ce pays d’à peine cinq millions d’habitants plein de richesses dont le pétrole.

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

« La jeunesse congolaise est sacrifiée. J’ai un enfant qui a 32 ans, détenteur d’une licence, mais qui vit encore sous mon toit », ainsi parle un chef de famille qui ne comprend pas pourquoi de nombreux jeunes congolais qui ont fini leurs études peinent à trouver des emplois.

Ces deux dernières semaines, en toute conscience ou attiré par un gadget ou encore par simple curiosité, plusieurs milliers de jeunes congolais ont fait la ronde des meetings pour écouter les leaders politiques. Au futur vainqueur de l’élection qui a lieu ce dimanche, ils n’attendent rien d’autre que des solutions à leur épineux problème de chômage.

« On attend une bonne gestion du pays et qu’il n’y ait plus assez de chômeurs. Nous voulons avoir une bonne récompense avec les études que nous faisons aujourd’hui, c’est-à-dire du travail », ont déclaré des jeunes sous couvert d’anonymat.

« Le nouveau président doit tout ramener à la normale. Partout au Congo il n’y a pas assez de sociétés (ou compagnies). Le nouveau président doit voir cette situation, tout comme les conditions de vie des retraités et des étudiants », ont ajouté d’autres.

Outre l’emploi, les jeunes demandent également au président élu d’éradiquer le phénomène des gangs qui écument les quartiers de Brazzaville et d’autres agglomérations.