Présidentielle au Brésil: rejet de la demande de Bolsonaro sur une fraude présumée de propagande électorale

Le président brésilien et candidat à sa réélection Jair Bolsonaro à Brasilia, le 17 octobre 2022. - EVARISTO SA / AFP
Le président brésilien et candidat à sa réélection Jair Bolsonaro à Brasilia, le 17 octobre 2022. - EVARISTO SA / AFP

Le Tribunal supérieur électoral brésilien (TSE) a rejeté mercredi une demande du président sortant Jair Bolsonaro, candidat à sa réélection dimanche, qui souhaitait une enquête sur des irrégularités présumées dans la diffusion de propagande électorale à la radio.

Le président du TSE, Alexandre de Moraes, a rejeté la requête au motif qu'elle n'était pas accompagnée de preuves, ce qui pourrait constituer un "délit électoral" et une tentative de "déstabilisation du second tour", quatre jours avant celui-ci.

"Il s'agit d'une demande expressément inepte"

Lundi, l'équipe de campagne du président d'extrême droite avait dénoncé une "fraude électorale" supposément orchestrée pour favoriser le candidat de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, son adversaire.

"D'innombrables stations de radio ne diffusent pas de manière adéquate" la propagande électorale déterminée par la justice, avait essayé de faire valoir l'équipe de Bolsonaro pour justifier cette accusation.

Des alliés du chef d'Etat sortant ont assuré avoir été lésés par l'absence de diffusion de quelque 154.000 annonces électorales, dont une grande partie dans le nord-est du pays, bastion de Lula.

"Il s'agit d'une demande expressément inepte, car les jours, les heures et les chaînes de radio dans lesquels la norme électorale aurait été violée n'ont même pas été identifiés", a répondu Alexandre de Moraes, qui est également juge du Tribunal suprême fédéral (STF), dans sa décision.

Le magistrat a précisé que la requête présentée par l'équipe de campagne de Jair Bolsonaro avait été faite par une entreprise "qui n'est pas spécialisée dans les audits".

Article original publié sur BFMTV.com