Présidentielle au Brésil : polémique autour de barrages filtrants retenant les électeurs

© Luiz Rampelotto/EuropaNewswire/S/SIPA

Qui remportera la présidentielle au Brésil , est-ce le candidat de gauche, Luiz Inácio Lula da Silva ou le président sortant d’extrême droite Jair Bolsonaro ? Les Brésiliens ont eu toute la journée de ce dimanche pour répondre à cette question brûlante. Mais certains électeurs, notamment dans le nord-est du pays, ont eu de nombreux obstacles pour se rendre aux urnes. Des dirigeants du Parti des travailleurs (PT, gauche) ont relayé sur les réseaux sociaux de nombreuses vidéos d'autocars transportant des électeurs à l'arrêt, à cause de barrages policiers, notamment dans les zones rurales du Nord-Est, fief électoral de l’ex-président, Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010).

Lire aussi - Lula ou Bolsonaro ? Pourquoi le futur président brésilien risque d'être confronté à des lendemains difficiles

Un véritable scandale qu’a tenté de calmer le président du Tribunal supérieur électoral (TSE) du Brésil, en annonçant la levée de barrages filtrants de la police routière fédérale (PRF). « La levée de ces opérations a été décidée, pour éviter les retards d’électeurs » dans les bureaux, a déclaré Alexandre de Moraes, en conférence de presse, à un peu plus d'une heure de la fermeture des bureaux de vote. Il a également précisé qu’« aucun autocar n'avait dû rebrousser chemin » et que « tous les électeurs ont pu rejoindre les bureaux de vote ». « Il n'y a pas eu d'atteinte au droit de vote », a-t-il insisté, citant uniquement les « retards » comme seul « préjudice éventuel ».

« C’est inadmis...


Lire la suite sur LeJDD