Présidentielle: après le second tour, quel calendrier pour les semaines à venir?

·4 min de lecture
Emmanuel Macron, nouveau président de la République française, lors de son investiture le 14 mai 2017 à Paris.  - François Mori - AFP
Emmanuel Macron, nouveau président de la République française, lors de son investiture le 14 mai 2017 à Paris. - François Mori - AFP

Et maintenant? Au lendemain de la réélection d'Emmanuel Macron comme président de la République avec 58,54% des scrutins face à son opposante Marine Le Pen, la vie démocratique du pays poursuit son chemin et déjà se profilent à l'horizon plusieurs rendez-vous institutionnels majeurs.

À noter que d'un point de vue plus personnel, le planning personnel du chef d'État est également bien rempli avec un hommage national à Michel Bouquet aux Invalides dès ce mercredi.

• Jusqu'au 27 avril: vérifications et officialisations

Les prochaines heures vont être rythmées par un intense travail administratif. Si les résultats officiels du scrutin ont été rendus officiels par le ministère de l'Intérieur ce lundi au terme du dépouillement de l'intégralité des bulletins, l'heure est désormais aux ultimes vérifications par le Conseil constitutionnel.

Comme le souligne l'article 58 de la Constitution, ce dernier "veille à la régularité de l'élection du président de la République". Dans les faits, les Sages vont s'atteler à "la centralisation et à la vérification des résultats, à l’examen des réclamations et à l’exploitation des rapports envoyés par les délégués", décrit le site de l'institution.

Finalement, c'est le mercredi 27 avril que le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius annoncera une nouvelle fois les résultats définitifs, depuis le Grand Salon du bâtiment situé à Port-Royal à Paris. Comme le précise Le Télégramme, c'est ce même jour que se tiendra l'ultime Conseil des ministres du premier mandat d'Emmanuel Macron.

876450610001_6305052322001

• Jusqu'au 13 mai, investiture et formation du nouveau gouvernement

Officiellement, le premier quinquennat s'achève donc le 13 mai prochain. D'ici là, une cérémonie d'investiture, de réinvestiture pour ce cas précis, doit être organisée avant d'entamer le second mandat. Durant celle-ci, et après une intronisation officielle par le président du Conseil constitutionnel, le nouveau chef de l'État reçoit les honneurs militaires de la Garde Républicaine, avant un salut au drapeau et le retentissement de la Marseillaise. Au même moment, aux Invalides, à quelques centaines de mètres du palais présidentiel, 21 coups de canon seront tirés, tradition héritée de l'Ancien régime.

D'un point de vue politique, les changements seront nombreux. Comme le veut la tradition, bien qu'aucune loi ne l'oblige, le Premier ministre Jean Castex devrait présenter dans les jours à venir sa démission ainsi que celle de l'ensemble de son gouvernement. "Dans les jours qui suivent, comme le veut la tradition, je présenterai ma démission et celle du gouvernement au président de la République", avait détaillé ce dernier mardi passé.

Se posera alors la question du nouveau gouvernement et de son chef. Si aucune date n'a pour l'heure été annoncée pour cette échéance, plusieurs noms circulent déjà en ce qui concerne Matignon. Outre l'actuelle ministre du Travail Elisabeth Borne et le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, les noms de Nathalie Kosciusko-Morizet ou de Catherine Vautrin auraient également été envisagés.

876450610001_6305049586001

• Les 12 et 19 juin: l'échéance des législatives

Outre le nouveau gouvernement, le grand enjeu pour Emmanuel Macron est maintenant de récupérer une nouvelle majorité à l'Assemblée nationale aux législatives. Jusqu'au 12 juin prochain, date du premier tout, et à moins d'une anticipation du scrutin par la dissolution de la chambre basse par le chef d'État, ce sont ainsi cinquante jours d'une nouvelle campagne qui s'ouvrent. Il s'agit d'un délai inédit entre les deux scrutins.

En 2017, sur fond d'abstention record (57,36%) et de dégagisme, Emmanuel Macron s'était retrouvé avec une majorité absolue avec à la clef des cohortes de néo-députés. Rebelote en 2022? "Les législatives vont être compliquées. Il n'y aura pas d'effet de souffle", pronostique auprès de l'AFP un ex-ténor de la droite converti au macronisme.

Au premier tour de la présidentielle 2022, Emmanuel Macron est arrivé en tête dans 255 circonscriptions, soit 24 de mieux qu'en 2017.

• Le 24 juin: dépôt des comptes de campagne

Ultime passage obligé, le dépôt auprès de la Commission nationale des comptes de campagne, pour les candidats en lice lors de la présidentielle, de leurs comptes. À bien des égards, l'étape est importante puisqu'elle permet d'estimer si les participants ont dépassé leur plafond légal de campagne et s'ils seront remboursés ou non.

Selon les textes fondateurs de cette commission, "le rejet, le non dépôt et le dépôt hors-délai du compte privent le candidat de son droit au remboursement des dépenses de campagne et entraînent la saisine du juge de l'élection." Celui-ci peut dès lors ordonner, le cas échéant, "l'inéligibilité du candidat et le déclarer démissionnaire d'office dans le cas d'un candidat élu."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles