Présidentielle américaine : la tension monte face au long dépouillement des votes

Aux États-Unis, en début de soirée du mardi 3 novembre, on décèle un point commun entre le clan républicain et le clan démocrate : la certitude de gagner la présidentielle américaine. Mais, vers minuit, en Floride, le résultat tombe et assomme les pro-Biden : Donald Trump vient de remporter l'État. "Les électeurs n'ont pas été assez convaincus par le programme de Joe Biden et ils se sont pas sortis de chez eux pour voter", estime un partisan. Dans les rues, les républicains célèbrent déjà la victoire. Pour eux, aucun doute : leur candidat va gagner l'élection. "Quatre années de plus !", scande un partisan. Un dépouillement long en raison du vote par anticipation Plus la nuit avance, plus l'écart se réduit entre les candidats, mais toujours rien n'est joué mercredi 4 novembre, à 6h30, heure de Washington. Pourquoi le dépouillement des derniers bulletins est-il si long ? "Ce sont d'abord les bulletins du jour de l'élection que l'on dépouille, puis les assesseurs s'emparent des bulletins qui ont été postés par les Américains via le courrier, ou bien qui ont été déposés dans les urnes, mais dans les semaines qui précèdent l'élection", explique la journaliste Agnès Vahramian, en direct de Washington. Or, ces bulletins sont historiquement nombreux : 100 millions d'Américains ont voté par anticipation.