Présidentielle américaine : le rôle crucial du vote par correspondance

Avant même le jour J de l'élection présidentielle, à savoir mardi 3 novembre, 100 millions d'Américains avaient voté par correspondance. Un record favorisé par la crise sanitaire. Désormais, c'est une course contre-la-montre qui attend les bureaux de vote, car si les électeurs ont pris de l'avance, le décompte pourrait prendre beaucoup de retard, peut-être même de plusieurs jours. En cause : le long travail de dépouillement et de vérification des signatures engendré par ce mode de vote. Des bulletins acceptés après le jour de l'élection En outre, tous les États ne fonctionnent pas au même rythme. Certains, comme la Floride, ont pris de l'avance, quand d'autres n'ont commencé le décompte qu'au matin du 3 novembre. Enfin, 28 États ont refuser de comptabiliser les bulletins arrivés après le jour de l'élection, mais les 22 autres ont prévu de les accepter. Ils représentent 317 Grands Électeurs sur 538 au total. La Pennsylvanie, par exemple, attendra trois jours, et ce délai montera même à 17 jours en Californie. Plus que jamais, les analystes craignent des annonces anticipées. Les Américains sont donc appelés à faire preuve de prudence.